Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



La cargaison de nitrate d’ammonium n’est pas destinée aux agglomérations urbaines maliennes

Le Directeur général des Entrepôts du Mali au Sénégal Fousseynou Soumanou a participé aux côtés du directeur général du Port autonome de Dakar Aboubacar Sédikh Béye à la supervision ce mercredi de l’envoi de la cargaison de 3050 tonnes de nitrate d’ammonium au Mali. Il a rassuré les populations sénégalaises et maliennes sur le système de stockage, mais aussi sur le fait que la cargaison n’est pas destinée aux agglomérations urbaines maliennes. Le Dg Fousseynou Soumanou a magnifié la coopération économique entre les deux pays.



Aux côtés du directeur général du Port autonome de Dakar, le directeur général des Entrepôts maliens au Sénégal Fousseynou soumanou a participé à la supervision du convoi de camions transportant les 3050 tonnes de nitrates restantes vers le Mali. « Je rappelle que les Entrepôts du Mali au Sénégal sont au cœur du dispositif du Port autonome de Dakar. Déjà dès les premières années de nos indépendances, les autorités ont mis la bonne idée de diversifier les voies d’accès, c’est pourquoi nous avons signé les premières conventions de partenariat avec le Sénégal en 1963 qui a consenti à mettre à la disposition de l’économie malienne ses installations portuaires. C’est ce qui justifie la présence des Entrepôts maliens au Sénégal. Pour compléter ce dispositif juridique, nous avons signé un cahier de charges qui donne des avantages certains à la cargaison malienne. L’illustration parfaite, c’est le Môle 3 où nous avons une priorité d’accostage aux quais 31 et 32 » souligne le dG Fousseynou soumanou.

Ce dernier d’ajouter que « cette opération de nitrate d’ammonium est une opération de routine en matière de transit. Tous les ports du monde reçoivent du nitrate. Les statistiques parlent d’elles-mêmes. En 2019, sur 74.000 tonnes débarquées pour le Mali, nous avions 21.000 tonnes de nitrate en transit vers le Mali. Elles sont destinées aux sociétés minières du Mali. Ce qu’il faut rappeler, c’est que ce nitrate est indispensable dans les processus d’extraction de l’or qui reste aujourd’hui le premier produit d’exportation du pays. Nous rassurons les populations pour dire que le nitrate n’est pas destiné aux grandes agglomérations. Toutes les dispositions ont été prises par les miniers par rapport au stockage et à l’entreposage à l’air libre ».

Le partenariat avec le Port, on veut le consolider. Nous avons un partenariat concret. Par ma voix, je transmets les messages d’amitié des autorités et du peuple malien pour la décision courageuse que le président de la République Macky Sall a eu à obtenir de ses autres collègues, c’est-à-dire l’ouverture d’un couloir humanitaire. Il a été le seul à le faire. Qu’il trouve toute la reconnaissance et la gratitude du peuple malien.

ABOUBACAR SEDIKH BEYE : « Le Port de Dakar est le premier port du Mali »
En 2019, le Port de Dakar a débarqué pour le Mali 74.000 tonnes dont 21.000 tonnes de nitrate d’ammonium. En 2018, 47.000 tonnes de débarquements, en 2015 7000 tonnes. Le Port de Dakar est le premier port du Mali. « Cette relation doit être sauvegardée. Le port autonome de Dakar prend beaucoup de précautions pour rassurer les Sénégalais, rassurer les Maliens et la sous-région parce que nous sommes un port qui a pour vocation de desservir la sous-région. Le Port de Dakar, son premier avantage, c’est la sécurité. Je tiens à ce que les Sénégalais le sachent. Si le Mali choisit le Port de Dakar, c’est d’abord sa sécurité, le professionnalisme d’un bon service rendu, mais avant tout c’est la sécurité à l’intérieur et à l’extérieur du port et sur le long corridor menant à Bamako où les transporteurs et les hommes d’affaires se sentent en sécurité. C’est un avantage compétitif que nous prenons au sérieux. En termes d’échanges internationaux, le Mali est le premier client du Sénégal » explique le DG Aboubacar Sédikh Bèye.

Ce dernier ajoute que « Les Entrepôts maliens au Sénégal siègent au Conseil d’administration du Port autonome de Dakar. Le Port autonome de Dakar vient de mettre en place dans son nouvel organigramme une direction chargée du développement du corridor. C’est simplement traduire notre option stratégique de développer le partenariat avec le Mali. Nous avons les EMASE au Sénégal et les Entrepôts sénégalais au Mali. Nous allons davantage renforcer ce partenariat dans le cadre du nouveau port que nous allons construire à Ndayane. Nous voulons une présence massive des hommes d’affaires du Mali pour sceller davantage ce partenariat pour promouvoir le commerce intra africain qui est encore extrêmement faible dans un commerce mondial. Quand nous disons, Le Port, moteur de l’émergence, c’est quand le port peut promouvoir les échanges entre les différents pays. Le Mali sera notre premier partenaire, c’est notre option stratégique de développer ce corridor et à partir du Mali, toucher le Burkina, le Niger et le reste de la Cedeao. Le Port de Ndayane sera un port de la Cedeao. Aujourd’hui le port de Dakar est le premier port du Mali. Si vous regardez la carte de la Cedeao, vous verrez que le Sénégal est complètement isolé, ce n’est pas le Mali qui est isolé. Mais l’avantage du Sénégal, c’est que nous ouvrons la Cedeao sur les échanges du monde. Bamako va servir un rôle extrêmement pivot pour servir à être un hub terrestre pour tout le reste de la Cedeao, c’est cela l’enjeu stratégique pour le port de Ndayane »

Le Témoin

AYOBA FAYE

Vendredi 28 Août 2020 - 10:58


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter