Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



La crise de l'eau au Liban : un vaste chantier devenu une priorité

Un mois après l’explosion du port de Beyrouth, l’accès à l’eau salubre et aux services sanitaires demeure un problème majeur pour des centaines de milliers de libanais. Une situation critique, mais pas nouvelle ; car depuis des années le Liban traverse une grave crise d’approvisionnement en eau.



La crise de l'eau au Liban : un vaste chantier devenu une priorité
Un mois après la double explosion du port de Beyrouth, le chantier reste colossal. Si la plupart des personnes affectées par le drame ont été relogés temporairement, les ressources en nourriture et particulièrement en eau constituent un défi quotidien. Le gouvernement estime à 300,000 le nombre de personnes ayant perdues leur habitation lors du drame. Nombre d’entre elles font toujours face à un manque d’eau salubre et de services sanitaires. Une situation qui aggrave un peu plus encore la crise d’approvisionnement à laquelle le pays est déjà confronté.
 
Si le port, ainsi que plusieurs hôpitaux et silos à grain ont subis de vastes dégâts lors de la catastrophe du 4 août, les infrastructures hydrauliques ont été relativement épargnées par l’explosion. Pour autant, l’approvisionnement est devenu beaucoup plus compliqué dans la capitale, estime Nadim Farajalla, professeur d’hydrologie et de ressources hydriques à l’université américaine de Beyrouth, interviewé par France 24.
 
"L’explosion a provoqué peu de dommages directs sur les infrastructures elles-mêmes, même si les vitres et les portes ont été soufflées par l’explosion. Par contre elle a occasionné des coupures d’électricité, comme dans le quartier d’Achrafieh, à l'est de la capitale, occasionnant l’arrêt des pompes et donc de gros problèmes de ravitaillement".
 
Autre problème, les dégâts occasionnés sur les installations des immeubles. "Le souffle de l’air très sérieusement endommagé la plomberie des bâtiments ainsi que les réservoirs sur les toits des immeubles, qui apportent un complément d’eau essentiel aux foyers" explique Olivier Thonet, Chef de la Section Eau et Assainissement chez UNICEF Liban. "Plus de 3500 réservoirs ont ainsi été détruits, il faudra encore au moins trois semaines pour les remplacer tous".
 
L’explosion a endommagé des milliers de logements créant un exode massif vers les quartiers plus éloignés du port. Pour Nadim Farajalla, ce déplacement de population représente un problème majeur pour l’approvisionnement en eau : "des centaines de milliers de personnes se sont retrouvées sans toit et donc dépendant de leurs familles. Or les coupures d’eau sont fréquentes au Liban et l’eau potable représente un cout important car la plupart des gens la consomme en bouteille. Beaucoup de libanais se retrouvent aujourd’hui dans une situation de crise sanitaire accrue".
 
Une crise de l’eau déjà critique
 
Au Liban, l’approvisionnement d’eau constitue un problème majeur de la vie quotidienne, ponctuée par des coupures à répétition. Le pays bénéficie de ressources relativement abondantes avec ses montagnes enneigées l’hiver, mais les infrastructures de distribution obsolètes et le manque de stockage posent de réels problèmes.
 
En 2005 déjà, la SEMIDE, l’expert Euro-Méditerranéen de l’eau, avertissait que 60% des systèmes de distribution devaient être réhabiliter alors que 50% des ressources hydriques n’était pas exploitées, pointant du doigt le risque d’un déficit en eau à moyen terme.
 
"Le secteur a été laissé à l’abandon, le manque de réformes nous a conduit à cette situation" estime Nadim Farajalla, "le cout de l’abonnement d’eau public n’a pas bougé depuis des décennies, il est extrêmement bas. Aujourd’hui il couvre à peine les salaires des employés du secteur. Il n’y a pas assez d’argent pour les travaux d’infrastructure donc le service est mauvais. Comme le service est mauvais la plupart des libanais ne le paient pas. C’est un cercle vicieux" déplore-t-il.
 
Enfin, parmi les facteurs aggravant de la crise, figure la mauvaise qualité de l’eau (seulement 36% de la population du pays consomme de l’eau de bonne qualité, selon une étude de l’UNICEF de 2017) et une forte pression sur la demande, liée à la crise migratoire syrienne (plus d'1,5 million de refugiés sont arrivés au Liban depuis 2012 soit près d’un quart de la population totale).
 
Quelles priorités ?
 
Le résumé de la semaine
France 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine
 
Je m'abonne
La crise de l’eau au Liban représente un vaste chantier devenu une urgence absolue depuis l’explosion du port. De nombreuses organisations humanitaires présentes sur le terrain en ont fait une priorité comme la Croix Rouge ou UNICEF, confrontés à la fois aux besoins pressants et aux problèmes structurels du secteur.
 
"La priorité des priorités aujourd’hui est d’assurer la continuité de l’approvisionnement en eau" juge Nadim Farajalla. "L’exemple de l’Iraq nous a appris que de reconstruire de telles infrastructures est extrêmement couteux ; l’aide internationale doit être dirigée aujourd’hui vers la maintenance des équipements, l’achat de fuel pour les générateurs et des produits de traitements d’eau".
 
Plongé dans une profonde crise bugétaire, le Liban n’a d’autre choix que de compter sur l’aide internationale pour se maintenir à flot. Depuis le 2 septembre, l’UE a mis en place un appui direct aux offices de l’eau à travers UNICEF pour un montant de 10 millions d’euros.
 
"Les fourniseurs d’eau n’ont pas de subventions au Liban, si nous ne les soutenons pas le risque d’interruption du service est fort" estime Olivier Thonet. "La priorité est de leur redonner une autonomie financière en maintenant le service pour re-fidéliser les clients. C’est d’autant plus important que la zone du port, qui avait l’un des meilleurs taux de collecte de la ville, représente une perte financière énorme pour le secteur."
 
Une mission essentielle, sujet d'inquiétudes pour le chef de section d'UNICEF. "Aujourd'hui nous nous interrogeons sur l'avenir de ces quartiers. Nous ne savons pas si les gens vont revenir ; tout est à reconstruire", conclut-il.

France24

Samedi 5 Septembre 2020 - 10:53



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter