PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




La guerre entre l’Afp et le Gp reprend de plus belle

Longtemps mise entre parenthèse, la guerre entre l’Alliance des forces de progrès (Afp) et le Grand parti (Gp) reprend de plus belle. Et le prétexte saisie a été la sortie du directeur de Cabinet du président de l’Assemblée nationale, Bouna Mohamed Seck, accusant Malick Gackou d’avoir eu un coup de pousse des lobbies pour financer les activités de son parti.



La guerre entre l’Afp et le Gp reprend de plus belle
C’est à travers u communiqué parvenu à notre rédaction que le leader du Grand parti (Gp), Malick Gackou a fait savoir à son ex camarade de parti son intention d’intenter un procès contre lui. Et cette probable saisine de la justice est motivée par la sortie du directeur de cabinet de Moustapha Niasse, président de l’Assemblée nationale et non moins secrétaire général de l’Afp, sur une connexion entre lui et des lobbies.

Dans le document, il est relevé que Bouna Mohamed Seck avait déclaré, dans l’émission Grand Jury de la Rfm que «l’Alliance des forces de progrès (Afp) ne peut pas accepter qu’un groupe d’individus s’isole, complote pour prendre des décisions à la place des responsables et des militants» et que «pour notre sécurité démocratique, avec ce qui s’est passé, n’importe quel parti peut être attaqué par des forces obscures qui peuvent instrumentaliser les gens. Ça peut être des multinationales ou des travailleurs de multinationales, des lobbies qui peuvent financer des agitateurs, des comploteurs au sein des partis politiques pour tenter d’accaparer des parcelles de pouvoir, essayer de choisir à la place des Sénégalais les dirigeants de ce pays. J’affirme que c’est ce qui s’est passé à l’Afp».

 M. Gackou d’ajouter : «Et pour finir, M. Seck, vous m’avez présenté comme un homme dangereux contre lequel vous invitez les Sénégalais à se prémunir. Vous appelez en effet « les démocrates et  patriotes à être vigilants, y compris ceux de l’opposition. Il ne faut pas que des forces extérieures tapies dans l’ombre soient représentées dans des partis de l’opposition ». 

Selon le leader du Gp, ces allégations sont fausses. Par conséquent, il enjoint le sieur Seck de démontrer ses dires, dans les 72 heures. Dans ce cas «j’arrêterai la politique », a dit Gackou, mais, prévient-il, «si vous ne le faites pas et dans le même délai, ce sera la preuve que ce que vous avez dit est totalement infondé, injustifié et mensonger».

L’ex numéro 2 de l’Afp de marteler : « Et le cas échéant, je demanderai donc à votre mentor Niasse, sous les ordres duquel vous agissez, de quitter immédiatement la présidence de l’Assemblée nationale. Car, ce sera la preuve que vous êtes indigne de la confiance des Sénégalais pour diriger une institution aussi prestigieuse que notre Assemblée nationale».

Et de conclure : «mon avocat Serigne Khassimou Touré vous servira, par la grâce de Dieu et à ma demande, une sommation interpellative». Ce, dès ce lundi.

Ousmane Demba Kane

Lundi 31 Octobre 2016 - 09:28



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter