Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Le Congrès argentin adopte la loi légalisant l'avortement

​Deux ans après un premier rejet, le Sénat argentin s'est prononcé mercredi en faveur de la légalisation de l'IVG. Réclamé depuis des années par les mouvements féministes, le texte prévoit la possibilité d'avorter jusqu'à la 14e semaine de grossesse.



Le Congrès argentin adopte la loi légalisant l'avortement


L'Argentine a retenu son souffle. Après avoir débattu, les sénateurs ont autorisé mercredi 30 décembre, l'avortement dans le pays sud-américain très divisé sur la question. Avant la loi, l'avortement n'était permis qu'en cas de viol ou de danger pour la vie de la mère, selon une loi datant de 1921.

Déjà approuvé par les députés le 11 décembre, le texte, qui autorise l'interruption volontaire de grossesse jusqu'à 14 semaines de grossesse, a été adopté avec 38 voix pour, 29 contre et une abstention, tandis que des milliers de partisans du "oui" ont manifesté leur joie devant le Sénat à l'issue du vote.

La session parlementaire avait débuté mardi à 16 h locales (20 h à Paris). Quelques sénateurs étaient présents dans l'hémicycle, mais la plupart ont participé par visioconférence en raison de la pandémie de Covid-19.

Selon la présidente de la Chambre haute, l'ex-présidente (2008-2015) et actuelle vice-présidente Cristina Kirchner, 67 sénateurs sur 72 ont participé à la session. Le vote est intervenu mercredi après de longues heures de débat, 58 orateurs étant inscrits à l'ordre du jour.
  Le Sénat plus conservateur
Alors que les députés ont adopté le texte par 131 voix pour, 117 contre et 6 abstentions, tous les regards étaient tournés vers le Sénat, réputé plus conservateur. En 2018, il avait rejeté par sept voix un texte similaire dans un pays encore très catholique et profondément divisé sur la question.
Car, comme le rappelle notre correspondante à Buenos Aires, Mathilde Guillaume, ce vote est "paradoxal", partagé entre le consensus de la mobilisation populaire sur l'IVG, engagée par la vague féministe, et la puissance de l'Église catholique et des évangéliques. 

France24

Mercredi 30 Décembre 2020 - 08:24


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter