Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Le Front al-Nosra menace de représailles les membres de la coalition

Alors que les frappes ont été étendues en Syrie hier, samedi, le Front al-Nosra, la branche syrienne d'al-Qaïda menace les pays membres de la coalition menée par Washington de représailles « dans le monde entier ». Dans une vidéo publiée sur internet, le groupe jihadiste dénonce une « guerre contre l'islam ».



Des combattants du Front al-Nosra en Syrie. REUTERS/Ammar Abdullah
Des combattants du Front al-Nosra en Syrie. REUTERS/Ammar Abdullah

Le Front al-Nosra  a réagi cinq jours après les premières frappes  qui ont visé ses positions en Syrie. La branche syrienne d'al-Qaïda a menacé de représailles « dans le monde entier » les pays de la coalition arabo-internationale, dirigée par les États-Unis. 
Dans une vidéo diffusée sur YouTube, le porte-parole d'al-Nosra a dénoncé les raids menés par la coalition, les qualifiant de « guerre contre l'islam ». Abou Firas al-Souri a déclaré que les États qui ont participé aux frappes ont commis « un acte horrible qui va les mettre sur la liste des cibles des forces jihadistes dans le monde entier ». 
Le Front al-Nosra comprend dans ses rangs des centaines de combattants étrangers, dont de nombreux ressortissants européens.

Au premier jour des raids, lundi, une quarantaine de missiles américains Tomahawk avaient visé dans la province d'Idleb, dans le nord de la Syrie, des bases d'un groupe appelé Khorassan. Ce réseau, affilié à al-Nosra, était soupçonné de planifier des attentats dans des pays européens et aux États-Unis.

Dans une autre vidéo, le Front al-Nosra a par ailleurs menacé d'exécuter un second soldat libanais, enlevé début août dans la localité d’Ersal, dans l'est du pays, avec une quarantaine d'autres militaires.

L'organisation somme le gouvernement libanais d'accepter ses demandes, notamment un échange entre les militaires otages et des centaines de détenus islamistes dans les prisons libanaises. Un troc que Beyrouth refuse toujours d'envisager.


Rfi.fr

Dimanche 28 Septembre 2014 - 15:49