Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Le PCR de Mbane écrit aux leaders de Bennoo (lettre intégrale)

Le président de la Communauté rurale de Mbane, Aliou Diack écrit aux leaders de la coalition Bennoo Siggil Senegaal. D’Allemagne où il se trouve présentement, ce candidat élu sur la liste de l’opposition lors des élections locales du 22 mars et qui avait été détrôné à la suite de l’arrêt de la Cour d’appel avant de revenir aux affaires par la grâce de la Cour de Cassation a tenu à remercier tous ceux qui se sont battus pour le rétablissement de la légalité et de la légitimité issues des urnes. Faisant allusion au fameux «Talaatay nder» ou «Mardi de Nder» où les femmes sénégalaises se sont illustrées par le refus de l’humiliation, Aliou Diack a demandé aux leaders de Bennoo Siggil Senegaal à refuser «d´être entraînés dans des débats de chiffonniers, qui ne sont d´aucun intérêt pour les Sénégalais».



Le PCR de Mbane écrit aux leaders de Bennoo (lettre intégrale)
Mesdames et Messieurs,Chers Compatriotes,

Le Walo vous remercie profondément : Mbane n´a jamais été aussi populaire et aussi digne et fière que maintenant, grâce entre autres, à votre soutien et à votre détermination!

C’était un certain mardi 07 mars 1820, il y a 189 ans, le « TALAATAY NDER » (le MARDI DE NDER), où le Royaume du Walo faisait face à son destin devant l’envahisseur venu du TRARZA mauritanien et défendait son honneur face à l’arbitraire et à l’humiliation. Ce furent des amazones dignes, courageuses, déterminées et sans compromis, qui tinrent la dragée haute, jusqu’au sacrifice suprême, pour refuser la soumission, l’humiliation et le déshonneur.

Un autre tout aussi déterminant mardi 11 août 2009, à quelques encablures de SOUMBEDIOUNE (les férus de BAATINE trouveront que 1820=1+8+2+0=11; 2009=2+0+0+9=11; les deux fameux mardis font 7+11= 18= 9 et 9) . Le décor a changé, les acteurs aussi, mais c’était toujours le destin du Walo qui se jouait et se déterminait. Un deuxième TALAATA venait de voir le jour, en l’occurrence le « TALAATAY MBANE », avec l’éclatante victoire acquise par « BENNOO SIGGIL SENEGAAL » face à l’injustice, l´ignominie, l’arbitraire et le bradage des terres du Walo.

La Cour Suprême de Dakar vient en effet, d’annuler l’arrêt N°8 du 17 juin 2009 de la Cour d’Appel de Dakar, qui avait remis en question les résultats des élections du 19 mars 2009 dans la Communauté Rurale de Mbane, que la coalition « BENNOO » avait proprement acquise de haute lutte.
Je rends ici un premier hommage sincère, patriotique, sans arrière calculs ni pensées aux dignes femmes et hommes, hauts magistrats, qui structurent notre haute et respectable Magistrature.

Vous comprendrez dès lors, Mesdames et Messieurs les chefs de Partis l’émotion qui m’étreint, ici en Allemagne où je me trouve présentement, en vous adressant d’une part mes vives félicitations pour cette victoire qui est vôtre, au nom de toute la Communauté Rurale de Mbane et de tout le Walo debout, et d’autre part mes remerciements les plus patriotiques, pour votre engagement et votre soutien inestimables. Oui, ici au pays de Johann Wolfgang Von Goethe, Karl Marx, Albert Einstein, Martin Heidegger, Rosa Luxemburg, Konrad Adenauer et Willy Brandt, qui bouillonne actuellement de programmes de société et de débats entre le SPD, la CDU, Die Grunen, Die Linke, le FDP etc.. sur la sortie de crise à l’approche d´élections déterminantes pour le prochain Bundestag, le 27 septembre 2009, je souhaite, que vous de « BENNOO », refusiez d´être entraînés dans des débats de chiffonniers, qui ne sont d´aucun intérêt pour les Sénégalais.

Depuis Paris, mon éternel ami Amath Dansokho, m’a appelé pour me féliciter et féliciter les valeureuses populations de la Communauté Rurale de MBANE, au nom de tous les leaders de « BENNOO SIGGIL SENEGAAL » que vous êtes. Merci infiniment : OUI, SIGGEUL NGUENE SENEGAAL !
Des appels nous parviennent de partout pour nous féliciter (Internet oblige !) : d’Italie, de France et même des Etats Unis, où la radio « Nay Leer » de New York s’était fortement impliquée dans ce débat national en nous interviewant longuement en direct.

En effet, dès que les populations du Walo ont rejeté ce qu’elles considéraient comme une décision juridiquement injuste de la Cour d’Appel de Dakar suivie d’une installation précipitée, illégale et zélée d’un « nouveau Conseil Rural » par l´ancien sous-préfet de Mbane, vous vous êtes dressés d’une manière que seul le mot « BENNOO » peut littéralement traduire, c’est-à-dire comme un seul Homme ou comme une seule Femme, pour être présents et visibles au front du combat, en engageant conséquemment vos personnes et vos partis respectifs, en vous déportant sur les lieux au prix de maints sacrifices, et en mettant en place toute une batterie de mesures opérationnelles, dont la plus visible a été la dynamique « Commission de Mbane ». Cette commission composée de Ousseynou Faye, Khoudia Mbaye, Elhadj Mbow et Ibrahima Sène, au nom de « BENNOO », Aliou Diack, Abibatou Mbaye, Madické Mbodj et Aliou Yague, au nom des populations de Mbane, et dirigée par notre ami, Ousseynou Faye, Architecte, s’est illustrée par une action très efficace, dans des délais rapprochés, en élaborant un document de stratégie de lutte et en organisant des conférences, marches, débats etc.
Vous avez non seulement bravé les lacrymogènes de Ndombo, un certain samedi 04 juillet 2009, mais avez aussi fustigé et stigmatisé dans vos résolutions et sorties médiatiques et à maintes reprises, les dérives de gestion à Mbane.

Dans votre lettre du 27 juillet 2009 adressée au Président de la République pour répondre à sa demande de dialogue et lui soumettre vos propositions autour des préoccupations du peuple Sénégalais, vous avez dès le second point sur les neuf soulevés, consacré à la bataille de la Communauté Rurale de Mbane une place enviable, preuve, s’il fallait en chercher une quelconque, que vous aviez inscrit notre combat dans les priorités de votre agenda politique.

Vous nous avez également apporté votre soutien sans faille dans les multiples procédures judiciaires, que nous avons engagées et gagnées. C’est le lieu de remercier tous les avocats, qui ont déposé pour nous 6 recours et requêtes à la Cour Suprême et magistralement défendu notre cause. Vous me permettrez de les citer tous, pour leur rendre le plus méritant des hommages devant le peuple Sénégalais. IL s’agit de :

1. Maître Assane Seck, avocat à la Cour leader du Pool des avocats,
2. Maître Moustapha Mbaye, avocat à la Cour,
3. Maître Ndiaga Sy, avocat à la Cour,
4. Maître Clédor Ciré Ly, avocat à la Cour
5. Maître Aïssata Tall Sall, avocat à la Cour,
6. Maître Jacques Baudin, avocat à la Cour et
7. Maître Birame Sassoum Sy, avocat à la Cour.

A mon ami Maître Daouda Bâ avocat émérite, je voudrais également rendre un hommage vibrant, pour le travail abattu dans ce combat. En effet, bien qu’ayant pris sa retraite, il a tenu à s’associer au Pool des avocats dans le labyrinthe des procédures, pour défendre son Walo natal, sans honoraires ou contrepartie.

Vos victoires à Mbane et à la Cour Suprême du Sénégal sont prémonitoires d’autres victoires futures, parce que vous êtes ensemble. Vous avez en outre fait naître un immense espoir, en faisant naître un « rêve Sénégalais » avec les « Assises Nationales » devenues non seulement un Patrimoine sénégalais mais international. Arriver à se faire soutenir ou à faire se réunir et à cogiter ensemble pendant plus d´un an, des personnalités aussi illustres que patriotiques et intègres comme Mamoudou Touré, Cheikh Amidou Kane, Mamadou Lamine Loum, Sérigne Mansour Sy Djamil, Sérigne Abdou Mbacké, Général Mouhamadou Lamine Keita, Général Mansour Seck, Général Mouhamadou Seck, Lamine Diack, Pr. Assane Seck, Pr. Elhadj Mbodj, Pr. Gaye Daffé, Pr. Makhtar Diouf, Abdou Latif Coulibaly, Pr. Abdou Salam Fall, Pr. Jean Ziegler, Mouhamadou Mbodj du Forum Civil, Mansour Kama, Bara Tall etc., la liste étant loin d´être exhaustive, autour d´une légende encore vivante comme le respectable et respecté Pr. Amadou Makhtar Mbow, relève d´une vision salutaire pour notre pays.

La générosité dont j’ai pu bénéficier en tant que membre de la société civile, pour diriger une liste de Partis Politiques à Mbane, devrait être votre credo dans vos batailles futures, entre vos différentes formations au nom du « BENNOO ». L’intérêt national en vaut la chandelle. Que Dieu vous protège tous!

J´espère que Serigne Mansour Sy Djamil ne m’en voudra pas, de lui réserver dans cette tribune une mention spéciale et un hommage mérité. Cette victoire est doublement sienne ; il m’a d’une part non seulement couvé avec toutes les populations de la Communauté Rurale de Mbane par ses prières bénéfiques, mais d’autre part, sa position de Guide Religieux ne l’a pas empêché d’avoir été la première personnalité du Sénégal à prendre une position publique, sans équivoque ni détour, courageuse comme toujours - comme ce fut le cas lors de l´ouverture des Assises Nationales au Sénégal-, pour fustiger ce que beaucoup de Sénégalais considéraient à tort ou à raison comme un déni de justice. Il a accompagné notre combat partout où il se trouvait, depuis le début jusque dans l’enceinte de la Cour Suprême, lors de ce fameux « TALAATA » (mardi) 11 août 2009, pour, après la proclamation par les magistrats de la victoire de Mbane, de la victoire de « BENNOO », de sa victoire, formuler des prières pour toutes les populations du Walo venues nombreuses. Que le Bon Dieu Miséricordieux soit satisfait de lui.

Je voudrais enfin réserver ma conclusion à la Justice de mon pays, à qui je rends encore un dernier hommage appuyé, sincère et patriotique. Je ne crois pas en la capacité de l’Homme de rendre la vraie Justice sur cette terre : c’est une conviction profonde et inaltérable. Mais lorsque cette Justice Humaine, par la parole et les actes de ceux que Dieu a désignés provisoirement dans les Temples de Thémis pour la dire sur terre, ressemble et est étrangement et collectivement ressentie par l’écrasante majorité des Sénégalaises et des Sénégalais comme une sentence Divine, alors nous avons toutes les raisons de croire que c’est Dieu le Tout Miséricordieux qui l’a inspirée. Ces hauts Magistrats ont démystifié la populairement supposée suprématie du Pouvoir Exécutif sur le Pouvoir Judiciaire. Leur courage mérite notre respect, leur sacerdoce notre compréhension. Le Sénégal nouveau n’est plus lointain.

Patriotiquement Aliou Diack
Président du Conseil Rural
de MBANE

Pressafrik

Dimanche 16 Août 2009 - 17:57


div id="taboola-below-article-thumbnails">


1.Posté par HEIKO SADJI le 16/08/2009 22:55
Herr WADE sollte ein für allemal wissen, dass es Grenzen gibt, die man nie überschreiten sollte.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter