Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Le constat alarmant de Transparency International et Afrobaromètre sur la pratique des pots-de-vin en Afrique



Le constat alarmant de Transparency International et Afrobaromètre sur la pratique des pots-de-vin en Afrique
La corruption entrave le développement économique, politique et social de l’Afrique, selon « Le Baromètre mondial de la corruption – Afrique 2019 ». Lequel rapport a été publié par Transparency International en partenariat avec Afrobaromètre. Le document contient des données détaillées concernant l’opinion des citoyens sur la corruption. Plusieurs millions de dollars de pots-de-vin sont versés chaque année dans les pays en développement, où la corruption augmente.
 
Plus de la moitié (55 %) des citoyens considèrent que la corruption a augmenté au cours des 12 derniers mois. Seuls 23 % pensent qu’elle a diminué. Un citoyen sur trois (34 %) pense que son gouvernement lutte efficacement contre la corruption, tandis que 59 % des sondés considèrent que les actions de l’État sont inefficaces, selon le rapport.
 
 
Parmi les principales institutions publiques, la police est vue comme la plus corrompue : 47 % des sondés estiment que les policiers sont majoritairement ou totalement corrompus. Cela étant, près de 4 citoyens sur 10 ont la même opinion sur les fonctionnaires d’État (39 %) et les parlementaires (36 %). Des résultats similaires avaient été obtenus lors de la dernière série d’enquêtes en 2015, où les citoyens considéraient aussi que la police était l’institution la plus corrompue.
 
Plus d’une personne sur quatre a dû verser un pot-de-vin pour accéder à des services publics tels que la santé et l’éducation au cours de l’année précédente. Au total, cela équivaut à environ 130 millions de personnes.
 
Les hommes paient un peu plus de pots-de-vin que les femmes, les plus pauvres versent deux fois plus de pots-de-vin que les plus riches, et les jeunes de 18 à 34 ans paient aussi plus de pots-de-vin que les plus de 55 ans.
 
Deux tiers des citoyens craignent de subir des représailles s’ils dénoncent la corruption. Cela étant, plus de la moitié des sondés (53 %) pensent que les gens ordinaires peuvent changer la donne dans la lutte contre la corruption.
 

Salif SAKHANOKHO

Samedi 20 Juin 2020 - 13:51



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter