Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)
Liberté - Professionnalisme - Crédibilité
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)
PRESSAFRIK.COM






PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)









Le leader d'Aqmi menace d'exécuter les otages français en cas d'intervention militaire au Mali


Rédigé le Dimanche 21 Octobre 2012 à 14:33 | Lu 433 fois | 0 commentaire(s)


Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) profère de nouvelles menaces. Elles surviennent au lendemain de la réunion de Bamako, qui regroupait les organisations internationales et régionales soutenant le gouvernement malien dans sa volonté de reconquête du nord du pays. Une intervention militaire, dont le principe est acquis, signerait « l'arrêt de mort des otages français » aux mains d'Aqmi, affirme le chef d'Aqmi pour le Sahel et le Sahara.


Le leader d'Aqmi menace d'exécuter les otages français en cas d'intervention militaire au Mali
Il s'agit de la première prise de parole officielle du nouvel émir d’Aqmi dans le Sahel. Dans un entretien publié par l’Agence Nouakchott Information (ANI, Mauritanie), Yahia Abou al-Hamam a notamment choisi d’aborder la question des otages français.

Ils sont six : quatre sont retenus par des personnes très proches du nouvel émir, les deux autres par un autre groupe se réclamant d’Aqmi et reconnaissant donc l’autorité du nouveau chef.
Yahia Abou al-Hamam laisse clairement entendre que la vie des otages français est désormais en danger, parce que Paris soutient l’idée d’une intervention militaire dans le nord du Mali. L'Algérien s’en prend même directement au président français François Hollande, en l’accusant d’avoir choisi l’escalade plutôt que la négociation.

Dans le même entretien, il s’adresse aux familles des six otages, et les prévient : si un drame se produit, ce sera à cause de la position de la France.

Il ne fait aucun doute que les jihadistes qui occupent le nord du Mali ont écouté attentivement les résolutions de la rencontre internationale qui vient de s’achever à Bamako. Dans le schéma de sortie de crise retenu, à un moment donné, les armes parleront très probablement dans une partie du nord du Mali. Pour éviter une intervention  militaire, à laquelle ils n'ont aucun intérêt, les jihadistes pourraient garder plus longtemps les otages et faire d’eux des boucliers humains.

Voilà qui complique singulièrement la tâche des médiateurs et intermédiaires qui travaillent à la libération des otages et marchent plus que jamais sur des œufs.
 

RFI
 




div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu en filet | Editorial | Politique | Commentaire | Economie | Société | Procès Habré | Médias | MONDIAL 2014 | Sport | Reportage | Portrait | Analyse | Culture | Mondial 2010 | Opinion | Afrique | Monde | Jet Set | People | Mode | Amour | High Tech | Santé | Insolite | Inter | Lutte 2010/2011 | Inondations 2012 | Crise Malienne | Crise ivoirienne | Partenaires | DOSSIER BEN LADEN | Campagne 2012 | Scrutin présidentiel 2012 | Magal Touba 2011 | Prestation de serment Macky Sall | Législatives Sénégal 2012 | Chronique | Fesman | eng | twitts | Agenda | vidéos sports | Dossier | Scrutin second tour présidentielle Sénégal | Actualité | Présentielle 2019 | Foot | Autres Sports | PressAfrik_Charte