PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




Le ministre italien Matteo Salvini, cauchemar des migrants, en Sicile ce dimanche pour

​Matteo Salvini est arrivé en Sicile. Le nouveau ministre italien de l'Intérieur, patron de la Ligue, avait prévu de longue date ce déplacement pour soutenir les candidats de l'extrême droite aux municipales partielles du 10 juin, dans une région où son score est historiquement bas. Mais après sa nomination, il a ajouté une étape à Pozzallo, où il visitera cet après-midi un « hotspot », un centre d'identification des migrants. Et depuis deux jours Matteo Salvini enfonce le clou sur la politique qu'il entend mener en matière d'immigration



Matteo Salvini multiplie les visites de soutien aux candidats de la Ligue et il martèle ses positions. Il était samedi soir à Vinceza en Vénétie. « Une des priorités c'est de faire en sorte que dans ce pays, on perde moins de temps et on dépense moins d'argent pour les migrants clandestins. »

Le ministre de l'Intérieur estime que cinq milliards d’euros, c’est trop, sans préciser qu'une partie de ces fonds viennent de l'Union européenne.

« Le bon temps c'est fini »

Les migrants en situation régulière n'ont rien à craindre en Italie, explique Matteo Salvini, mais les expulsions doivent s'accélérer. « Pour les migrants clandestins, le bon temps c'est fini. Préparez-vous à faire vos valises, faites le correctement, dans la sérénité, la paix et la tranquillité. »

Pour le maire démocrate de Pozzallo, ce sont des propos de meeting électoral qui sont déplacés, dans la bouche d'un ministre. L'édile ne voit pas la visite de Matteo Salvini d'un bon œil. « ll ne faut pas grand-chose ici pour enflammer les esprits », a-t-il déclaré.

« J'ai mes idées »

158 migrants sont arrivés à Pozzallo vendredi soir à bord d'un navire humanitaire. Le vice-Premier ministre Matteo Salvini a prévenu : « en ce qui concerne les ONG, j'ai mes idées, plus aucun "vice-passeur" ne doit accoster dans les ports italiens ».

RFI

AYOBA FAYE

Dimanche 3 Juin 2018 - 14:40



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter