Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Le nettoyage du sang

Des chercheurs de l’Institut Wyss de Harvard aux Etats–Unis ont annoncé avoir mis au point une cure magnétique à même de nettoyer le sang. Un espoir pour le traitement d’Ebola et du Sida.



La recherche pour purifier le sang avance...
La recherche pour purifier le sang avance...

Le résultat de ce travail publié dans la revue Nature Medecine fait état de la mise au point d’un appareil externe capable de débarrasser le sang des microbes grâce à des petits aimants.

En fait des petites billes magnétiques nanoscopiques (de moins d’un millimètre) recouvertes d’une protéine sanguine humaine conçue génétiquement qu’on appelle MBL.

Lorsque le sang est extrait du corps, la protéine MBL se mélange avec les microbes et autres toxines, explique les chercheurs.

Les nanobilles agissent alors comme des aimants qui absorbent les microbes et les protéines.

Une fois le sang nettoyé, il est réintroduit dans le corps sans qu’il ne soit coagulé et sans changement de sa composition.

Pendant l’expérimentation, les chercheurs ont infecté les rats avec deux bactéries, le staphylocoque doré et Escherichia coli, et ont réussi à retirer 90 % des bactéries de leur sang.

Maladies sanguines

Cette invention vise le traitement des infections du sang.

50 millions de personnes sont concernés dans le monde chaque année avec des taux de mortalité oscillant entre 30 et 50 %.

Le docteur Donald Ingber, principal auteur de ce travail, cité par Nature Medecine espère que ce travail pourrait "être utile" dans le traitement des malades atteint du virus Ebola étant donné que la protéine sanguine MBL est capable de se lier avec le virus à l’origine de cette fièvre hémorragique.

Concernant le VIH, et d’après les explications des chercheurs, la protéine pourrait aussi absorber le virus du Sida .

Les tests ont été effectués sur des rats. Il faudra encore un peu de patience pour mesurer la fiabilité de ces travaux.

Des expérimentations sur des gros mammifères et sur l’homme sont encore nécessaires avant l'approbation par la communauté scientifique.

Cela pourrait prendre quelques années.


BBC Afrique

Jeudi 18 Septembre 2014 - 13:25