Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Législatives : LEGS AFRICA préconise l’application «pure et simple» des lois en vigueur au Sénégal



LEGS AFRICA préconise l’application «pure et simple» des lois en vigueur au Sénégal en matière d’élection et invite à une prochaine réforme profonde du mode de representation politique en Afrique, dans une déclaration transmise à PressAfrik.
 
«Voilà plusieurs semaines que citoyens sénégalais et observateurs assistent impuissants à la multiplication des contentieux concernant les listes en lice pour les élections législatives 31 Juillet 2022. Il n’est pas besoin de dire que nous nous acheminons vers des élections aux contours indécis. En effet, certains acteurs politiques se sont illustrés par des comportements à même de saborder les conditions de réalisation de notre trajectoire démocratique, à travers l’exercice majeur du vote dans des élections aussi importantes que les législatives», soutient l'organisation dans un communiqué. 
 
LEGS AFRICA rappelle que le respect de la parité homme-femme est un «principe fondamental» inscrit dans les lois sénégalaises ainsi que le code électoral, cela depuis 2012. Pour rappel, la Loi n° 2010-11 du 28 mai 2010 instituant la parité absolue homme-femme stipule dans son article premier que "la parité absolue homme-femme est instituée au Sénégal dans toutes les institutions totalement ou partiellement électives".
 
Dans l'article 2, il est indiqué que «les listes de candidatures sont alternativement composées de personnes des deux sexes. Lorsque le nombre de membres est impair, la parité s’applique au nombre pair immédiatement inférieur».
 
De ce fait, «les listes de candidatures doivent être conformes aux dispositions ci-dessus sous peine d’irrecevabilité. Et donc, les conditions d’application de la présente loi seront définies et précisées par décrets.
 
A cet effet, le code électoral, selon Legs Africa, fixe l’exigence de parité homme-femme dans les listes de candidatures, et déclare par la même occasion irrecevable toute liste qui n’observe pas ce principe de parité. 
 
Par conséquent ,LEGS AFRICA rappelle que les élections marquent un temps-fort de notre vie démocratique. Elles constituent une des rares occasions pour le citoyen de s’exprimer directement sur la marche de la République. 
 
L'organisation invite les acteurs politiques à prendre toutes leurs dispositions pour satisfaire aux exigences fixées par les lois et règlements en vigueur, afin de concourir à des élections libres, transparentes, plurielles. 
 
En effet, poursuit l'organisation, les acteurs politiques et législateurs doivent travailler à assurer un «exercice clair et lisible de la pratique démocratique, sans compromission aucune sur le dos des citoyens».
 
LEGS AFRICA appelle à «ne pas céder» dans l’application de la loi, en voulant préserver le comportement de certaines élites politiques incompétentes, opportunistes et parfois non-respectueuses des lois et règlements en vigueur, en tout cas en matière électorale. Le respect de la loi est le premier pas vers une société juste et une citoyenneté active, positive et de transformation.
 
A l’issue des elections legislatives qui devront se tenir à date échue, il invite à un «débat public ouvert, inclusif, profond et audacieux sur les mécanismes de représentation, d’organisation et de partage du pouvoir au Sénégal qui nécessitent d’être ré-inventés pour permettre l’expression d’une veritable démocratie, le rapprochement du pouvoir à proximité des citoyens contre les pratiques de captation du pouvoir et de prédation par une élite corrompue par les enjeux du pouvoir pour le pouvoir service d’intérêts privés».


Salif SAKHANOKHO

Lundi 23 Mai 2022 - 23:14


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter