Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Les Tunisiens forment le premier contingent jihadiste de l'EI en Libye

La Libye connait la quatrième plus grande mobilisation de combattants étrangers dans l'histoire du jihadisme. Selon un récent rapport de l'Institut de Washington pour la politique au Proche-Orient, le pays se classe tout juste derrière la Syrie, l'Afghanistan et l'Irak. Durant les sept dernières années, un afflux important de combattants étrangers ont rejoint les rangs des jihadistes en Libye. Les Tunisiens y sont en plus grand nombre.



C'est une réalité désormais connue de tous. Comme c’est le cas en Syrie, le nombre des combattants en provenance de Tunisie et ayant rejoint les rangs de l'EI en Libye est le plus important. Ils sont estimés à 1 500.
 
Pour le cas tunisien, l'étude mentionne que ces combattants proviennent de l'ensemble du pays et pas seulement d'une seule ville ou d'une seule région. « C'est un problème de sécurité majeur qui pourrait conduire à l'instabilité », considère le rapport qui ajoute que le problème s'est aggravé avec le manque persistant des réformes économiques et structurelles, depuis la révolution.
 
Le rapport indique par ailleurs que parmi les jihadistes en Libye, on compte 300 Marocains, 130 Algériens, 112 Egyptiens et 100 Soudanais.
 
Quant aux jihadistes venus de l'Afrique subsaharienne, ils sont estimés à 900. Majoritairement en provenance du Sénégal, du Ghana, du Mali, du Niger, et du Tchad. Il y aurait également 66 Français venus gonfler les rangs de l'organisation Etat islamique.
 
Le rapport met aussi en lumière le risque de voir transiter des jihadistes parmi les migrants qui traversent la Méditerranée. Les auteurs des attentats de Berlin en 2016 (un jihadiste tunisien) et de Londres en 2017 (un jihadiste libyen) étaient connectés aux filières libyennes. D'ailleurs, les organisations jihadistes utilisent dans le désert comme dans la mer, les mêmes routes que les trafiquants et les migrants clandestins.
 
Située aux portes de l'Europe et frontalière de six autres pays africains, la Libye constitue pour l'EI un « passage stratégique ».

Rfi.fr

Mardi 30 Janvier 2018 - 11:08



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter