Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



« Les jeunes sont le meilleur atout de l’Afrique, investissons en eux » (président BAD)



« Les jeunes sont le meilleur atout de l’Afrique, investissons en eux » (président BAD)
Les jeunes de l’Afrique, pour lesquels trop peu a été investi jusqu’à présent, doivent faire l’objet d’une attention urgente, et les banques d’investissement qui investissent dans l’entrepreneuriat des jeunes du continent, devraient bénéficier d’un soutien mondial à cet effet, a déclaré le président de la Banque africaine de développement, Akinwumi A. Adesina.

Le président Adesina, qui s’exprimait, lors d’une table ronde virtuelle, sur l’amélioration du financement en faveur des jeunes du continent africain, a présenté un nouveau concept pour les banques d’investissement dans le financement de l’entrepreneuriat des jeunes. Organisée par la Bad, la table‑ronde a réuni des intervenants de haut niveau comme  Arancha González Laya, ministre espagnole des Affaires étrangères, Jean-Michel Severino, président-directeur général d’Investisseurs et Partenaires, Ashish J. Thakkar, directeur général de Mara Phones et président du Groupe consultatif présidentiel de la jeunesse de la Bad, Yana Kakar, directrice générale mondiale associée de Emeritus chez Dalberg Advisors, Yvonne Otieno, directrice générale de Miyonga Fresh Greens et plusieurs autres représentants du secteur privé.

Mme Yvonne Otieno a notamment exhorté le monde à investir dans le potentiel de la jeunesse africaine. « Prenez un risque sur nous. Vous ne le regretterez jamais », a-t-elle lancé lors d’une présentation émouvante au cours de laquelle elle a décrit son cheminement professionnel, commencé dans une librairie et poursuivi dans le journalisme, jusqu’à la création de sa propre entreprise agricole. « L’échec est une faiblesse lorsque vous n’en tirez aucune leçon », a-t-elle affirmé.

Le manque d’accès au financement représentant un grave goulot d’étranglement, les banques d’investissement dans l’entrepreneuriat des jeunes pourraient coordonner les interventions des acteurs et des partenaires financiers et non‑financiers afin de soutenir plus efficacement les jeunes entrepreneurs.

« Nous devons inciter les jeunes à aller au‑delà de la recherche d’emploi. Nous devons libérer l’esprit d’entreprise et les capacités des jeunes à créer des emplois. Nous devons faire croître, financer et soutenir les succès à grande échelle des entreprises dirigées par des jeunes en Afrique », a exhorté le président de la Bad.

Mme Arancha González Laya a exprimé ensuite un fort soutien à l’initiative de création de banques pour l’entrepreneuriat des jeunes. « L’Espagne salue l’initiative de la Banque africaine de développement dans l’investissement en faveur de l’entrepreneuriat des jeunes, qui vise à libérer l’esprit d’entreprise et à promouvoir le développement des entreprises promues par les jeunes », a-t-elle déclaré.

Pour Ashish J. Thakkar, les banques d’investissement pour les jeunes devront être évolutives et autosuffisantes et il est très important, selon lui, de créer les structures d’incitation appropriées qui permettront aux gouvernements d’encourager le secteur privé à jouer un rôle essentiel dans l’entrepreneuriat des jeunes.

Rappelant que l’Afrique doit créer de 18 à 30 millions d’emplois par an jusqu’en 2030, Ladi Balogun, directeur général de First City Monument Bank Group, a insisté sur ce défi urgent à relever, ajoutant qu’il était grand temps d’apporter des réponses et d’accélérer les processus de prise de décision sur les offres de financement des entrepreneurs. Il a également estimé que les démarches devraient s’effectuer via les gestionnaires monétaires locaux afin de réaliser des économies d’échelle. « Nous avons une bombe à retardement entre les mains », a-t-il averti.

Les participants ont félicité la Banque africaine de développement pour son leadership dans les initiatives visant à soutenir les jeunes entrepreneurs du continent et pour son appel à faire davantage.

Selon Yana Kakar, la Bad a un rôle important à jouer dans le transfert des connaissances. Elle a beaucoup à transmettre, a-t-elle poursuivi, sur ce qui est nécessaire dans les segments à forte composante technologique par rapport à ce qui pourrait être nécessaire pour stimuler les entrepreneurs dans des segments plus axés sur la production.

La Bad a démontré son fort engagement envers les jeunes africains à travers notamment sa Stratégie pour l’emploi des jeunes en Afrique. L’institution a pour objectif la création de 25 millions d’emplois directs et indirects et l’autonomisation de 50 millions de jeunes d’ici à 2025 sur le continent. La banque a également mis sur pied un fonds d’affectation spéciale de 40 millions de dollars en partenariat avec plusieurs pays européens pour faire progresser l’entrepreneuriat et l’innovation des jeunes.

Salif SAKHANOKHO

Samedi 22 Mai 2021 - 19:21


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter