Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Les organisations de défenses de droits humains appellent le pouvoir à libérer les jeunes de Idy 2019



La Rencontre africaine pour la défense des droits humains (RADDHO), la Ligue sénégalaise des droits humains (LSDH), ARTICLE 19 Sénégal/Afrique de l’ouest et Amnesty International Sénégal, les organisations de la société civile demandent la libération immédiate et sans condition de « toutes les personnes (qui) ont été arrêtées alors qu’elles exerçaient leur droit à la liberté d’expression et à la manifestation, des droits garantis par la constitution et des instruments régionaux et internationaux de droits humains auquel l’Etat du Sénégal est partie. »

Dans un communiqué parvenu à PressAfrik, les associations de défense de droits humains ont fait la liste de tous les membres de la coalition Idy 2019 arrêtés ces derniers jours: Secrétaire national à la jeunesse de REWMI, Mory Gueye, poursuivi pour diffamation, outrage à magistrat, d’Abdourhamane Diallo, d’Amélie Ngom, de Malamine Fall, de Bigué Simone Sarr, d’Amath Thiaw, de Marième Soumaré, d’Amadou Ba, de Binta Mbaye et d’Amadou Bathily.
Les droit-de-l’hommiste ajoutent à la liste de personnes arrêtées :« Moussa Thiombane et Bassirou Diengpour, arrêtés pour trouble à l’ordre public, lors d’une manifestation des jeunes de la (même) coalition (cette fois-ci) devant les locaux de la radio télévision sénégalaise (RTS) à Dakar. » Aussi, « le 25 février 2019, l’artiste Abdou Karim Guéye (Karim Xrum Xax) est arrêté à Dakar pour incitation à la révolte et injures publiques contre le Premier Ministre »

 Inquiètes de ces nombreuses arrestations et détentions de personnes lors de manifestations liées à l’élection présidentielle du 24 février 2019, ces organisations de défense des droits humains exhortent « les autorités étatiques à prendre toutes les mesures utiles pour garantir l’exercice par les citoyens de leurs droits et libertés sur toute l’étendue du territoire national. »

Auparavant, Alioune Tine, fondateur d’Africajcom a dénoncé la pratique et appelé à sa cessation, via son compte Twitter: « Il faut mettre un terme à ces arrestations et libérer immédiatement tous les militants d’Idy 2019. Il faut maintenant une politique d’apaisement, de dialogue et de réconciliation nationale »

AYOBA FAYE

Samedi 2 Mars 2019 - 20:31



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter