Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Madagascar: encore des questions autour de l'organisation des élections

Depuis mercredi et jusqu’au 12 septembre prochain, les candidats aux élections municipales et communales malgaches peuvent déposer leurs dossiers dans les quelque 114 bureaux d’enregistrement du pays. Si les financements pour l’organisation de ces deux scrutins ont été octroyés in extremis, d’autres zones d’ombre planent encore et pourraient impacter un calendrier déjà millimétré.



La Commission électorale (Céni) avait demandé 42 milliards d’ariary (10,3 millions d’euros) à l’État pour organiser ces nouvelles élections.
 
Elle devra se contenter de 28 milliards d’ariary dont sept qui iront directement aux ministères participant à la préparation des scrutins.
 
Mercredi, la veille de l’ouverture du dépôt des candidatures, Thierry Rakotonarivo, vice-président de la Céni, a lancé un message d’alerte au gouvernement : sans moyen financier débloqué, difficile de faire fonctionner la machine !
 
Le signal semble avoir été entendu : mercredi matin, le Premier ministre a signé les actes réglementaires pour créditer le compte de la Céni.
 
Toutefois, précise le numéro deux de l’institution, « nous attendons encore la signature d’arrêtés et de la lettre officielle pour pouvoir utiliser l’argent ».
 
Comment expédier les imprimés en province ?
 
L’absence de financement n’a cependant pas empêché les 114 bureaux de chefs-lieux de district d’accueillir mercredi les premiers candidats.
 
Si les questions financières semblent donc en passe d’être réglées, c'est désormais l’impression des imprimés sensibles qui inquiètent.
 
« Bulletins uniques, feuilles de dépouillement, PV… Il faut au moins sept conteneurs de papier journal pour sortir tous ces documents », indique le vice-président de la Commission électorale.
 
Du matériel trop lourd à faire venir par avion, alors que le délai est trop court - 41 jours - pour le faire parvenir par bateau.
 
« L’Imprimerie nationale va devoir trouver des solutions très rapidement, insiste le représentant de la Céni, si l’on ne veut pas que cela compromette la tenue de ces élections ».

RFI

Vendredi 30 Août 2019 - 09:39


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 22 Janvier 2022 - 09:06 Mali: la France mise au défi par la junte