Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)
Liberté - Professionnalisme - Crédibilité
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)
PRESSAFRIK.COM




PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)









Mali : échec de la médiation de la Cédéao après de multiples tentatives de résolution de la crise


Rédigé le Dimanche 13 Mai 2012 à 12:52 | Lu 660 fois | 0 commentaire(s)


Les deux médiateurs ouest-africains présents à Bamako depuis le 8 mai 2012 pour tenter de trouver une issue à la crise malienne, viennent de quitter la capitale Bamako. Aucun accord avec l'ex-junte sur le nom du prochain chef de la transition n'a été trouvé.


Mali : échec de la médiation de la Cédéao après de multiples tentatives de résolution de la crise
Pendant cinq jours, les envoyés de la médiation ouest-africaine, ont rencontré plusieurs fois la junte, le Premier ministre, le président par intérim Dioncounda Traoré. Rencontre également avec les religieux et des diplomates. Mais à l’arrivée, échec, blocage, chacun choisit ses mots, mais la réalité est la même : les envoyés de la médiation ouest-africaine et junte au pouvoir au Mali n’ont pas pu se mettre d’accord sur le nom du futur président de la transition, une transition qui commence dans exactement huit jours.

Pour les médiateurs, qui affirment ne soutenir aucun candidat, c’est la Constitution malienne qui permet de résoudre la question. Celui qu'on surnomme « l’homme au cigare », le ministre ivoirien Adama Bictogo, est l’un des deux envoyés de la médiation. Il explique : « la Constitution malienne prévoit qu’en cas d’impossibilité d’organiser des élections dans les 40 jours d’intérim, ce qui est actuellement le cas, la Cour constitutionnelle annonce un nouveau délai pour l’organisation des élections. Et puisque la non organisation des élections ne dépend pas de l’acteur, mais de la mission, c'est-à-dire de la situation sur le terrain, il appartient au président par intérim de poursuivre sa tâche ». L’argument n’a pas convaincu la junte malienne, qui a donc dit « non ».
Tous les regards sont maintenant tournés vers le 22 mai, date de la fin du mandat de 40 jours confié au président intérimaire, mais peut-être qu’avant cette date, une solution sera trouvée.

RFI




div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu en filet | Editorial | Politique | Commentaire | Economie | Société | Procès Habré | Médias | MONDIAL 2014 | Sport | Reportage | Portrait | Analyse | Culture | Mondial 2010 | Opinion | Afrique | Monde | Jet Set | People | Mode | Amour | High Tech | Santé | Insolite | Inter | Lutte 2010/2011 | Inondations 2012 | Crise Malienne | Crise ivoirienne | Partenaires | DOSSIER BEN LADEN | Campagne 2012 | Scrutin présidentiel 2012 | Magal Touba 2011 | Prestation de serment Macky Sall | Législatives Sénégal 2012 | Chronique | Fesman | eng | twitts | Agenda | vidéos sports | Dossier | Scrutin second tour présidentielle Sénégal | Actualité | Présentielle 2019 | Foot | Autres Sports