Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Mali: les avocats du journaliste Boukary Daou demandent l’annulation des poursuites

Le journaliste malien Boucary Daou devait être jugé ce mardi 16 avril. L’audience s’est bel et bien tenue, mais rien n’a été dit sur le fond. Les avocats du journaliste ont en effet demandé l’annulation de la procédure. Boukary Daou avait été interpelé le 6 mars dernier par les services de renseignements maliens, après avoir publié une lettre de soldats dénonçant les avantages financiers accordés par le président de transition au capitaine Sanogo, à l’origine du coup d’Etat du 22 mars 2012.



Photo du journaliste Boukary Daou.
Photo du journaliste Boukary Daou.
En termes juridiques, la défense de Boukary Daou a « soulevé une exception, dans le cadre de l’article 61 du droit de la presse, pour absence de citation. » En termes plus courants, cela signifie que le journaliste était poursuivi, sans que l’on sache pour quel motif.

Exception de nullité

« Une citation, c’est un acte d’huissier que l’on remet au prévenu, et qui contient la qualification des faits pour lesquels il est poursuivi. Dans le cas d'espèce, Boukary n’a jamais été cité », détaille Me Camara, l’un des avocats de Boukary Daou.

« Boukary était poursuivi, mais il ne savait pas trop pourquoi. À la police, d’aucuns parlent de '"sédition". Mais il n’y a eu aucun acte juridique qui lui notifiait l’infraction pour laquelle il était poursuivi », affirme encore l’avocat.

Les avocats demandent donc l’abandon des poursuites, sans même entrer dans le fond de l’affaire. Celle-ci a mobilisé depuis plus d'un mois de nombreuses organisations maliennes, africaines et internationales de défense des droits des journalistes.

Atteintes aux droits du journaliste

« Nous n’essayons pas d’utiliser des artifices de procédures pour éluder le fond du dossier », insiste Me Camara. Mais pour lui, « l’irrégularité commise est tellement manifeste, tellement grave », que l’exception de nullité de la procédure s’imposait. « Ces procédures sont mises en place pour assurer la garantie des droits des personnes poursuivies », rappelle l’avocat.

Boukary Daou avait été interpelé puis détenu pendant 8 jours, hors de toute procédure légale, par les services de renseignements maliens. Il a ensuite passé vingt jours en prison, avant d’être placé en liberté provisoire, au début du mois. Il lui faudra encore attendre une semaine avant de connaître la décision de la justice malienne.

Source : Rfi.fr

Dépéche

Mercredi 17 Avril 2013 - 11:13


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 22 Juin 2021 - 10:29 Les dernières cartouches de Barkhane