Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Midterms aux Etats-Unis: en Floride, Trump défend son bilan et attise la peur

Aux Etats-Unis, c'est le dernier week-end avant les élections de mi-mandat, le 6 novembre. Depuis plusieurs semaines, Donald Trump multiplie les meetings de soutien à des candidats, une omniprésence inédite pour un président en exercice. Il était samedi 3 novembre dans le Montana, au nord du pays, puis dans le sud de la Florid



La campagne pour le poste de sénateur de Floride est, avec celle au Texas, la plus coûteuse cette année : 91 millions de dollars ont été dépensés. L'ancien président démocrate Barack Obama est venu cette semaine, et Donald Trump y a organisé deux meetings en quelques jours.
 
Samedi, fidèle à sa stratégie, le président a rapidement évoqué la bonne santé économique du pays, et a surtout cherché à faire peur. Selon lui, l'opposition serait prête à ouvrir le pays à des « hordes de clandestins » qui seraient bien souvent « des criminels en puissance ».
 
Et alors que c'est bien lui qui a cherché à supprimer l'Obamacare, il a averti que ce sont en fait les démocrates qui voudraient s'attaquer au système de protection contre la maladie. « Ils vont vous prendre votre assurance-santé, et vous rendre la vie impossible. Ils vont imposer le socialisme dans l'État de Floride. »
 
Et de lancer, en spécialiste de la phrase-choc : « Bienvenue au Venezuela. » Tribun brillant, sur scène et sans contradiction, Donald Trump déroule ainsi son bilan, et les suiveurs ont presque renoncé à relever ses exagérations, voire ses mensonges.
 
Face à une foule comme hypnotisée, il a affiché son optimisme : « Pensez à ce que nous avons fait. Le plus grand succès d'un mouvement politique de l'histoire de notre pays. Je peux dire ça, et personne ne le contredira. Que peut-on opposer ? »
 
Les élections de mi-mandat sont traditionnellement compliquées pour le président en place. Mais Donald Trump a tellement polarisé la société américaine que les enjeux semblent cette année décuplés.

Rfi.fr

Dimanche 4 Novembre 2018 - 10:30



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter