Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Municipales en Côte d'Ivoire: les mauvais perdants seront sanctionnés

Des candidats malheureux aux élections municipales du 21 avril continuent d’exhorter leurs partisans à accepter la défaite en précisant qu’ils contestent légalement les résultats. C’est la chambre administrative de la Cour suprême qui aura la tâche de régler les contentieux. La Convention de la société civile de Côte d’Ivoire a fait le point mardi 30 avril sur ces élections locales. Elle réclame des sanctions contre les candidats qui auraient une responsabilité dans des violences postélectorales.



Dans la commune d'Abobo, à Abidjan, un bureau de vote le 21 avril 2013.
Dans la commune d'Abobo, à Abidjan, un bureau de vote le 21 avril 2013.

Comportement exemplaire des électeurs lors des municipales et des régionales. C’est le constat que fait la Convention de la société civile ivoirienne, qui soupçonne les candidats d’être responsables des incidents ayant éclaté dans une dizaine de communes et fait plusieurs blessés.

« Il faut que les mauvais perdants soient sanctionnés une fois pour toutes, que le gouvernement puisse prendre des dispositions pour sanctionner les candidats, estime le président de cette plateforme de la société civile ivoirienne, Christophe Kouamé. C’est des sanctions qui prévoient l’interdiction d’exercer la fonction politique en Côte d’Ivoire. Par exemple, pour ces élections, on pourrait interdire de participer aux futures régionales et municipales à ceux qui seront responsables après enquête des violences. »

Depuis plusieurs mois, suite à une dissidence interne qui a fait fermer le siège de la Convention, les responsables de la Convention de la société civile ivoirienne ne peuvent plus accéder à leur bureau. Ils estiment que les dissidents sont manipulés par ceux qui ont peur du projet intitulé « Contrôle citoyen de l’action publique », sur lequel travaille ce rassemblement qui compte environ 130 ONG. Un projet dont la lutte contre la corruption est l’un des principaux objectifs.

Source : Rfi.fr


Dépéche

Mercredi 1 Mai 2013 - 14:09


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter