Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Nouvelle-Zélande: après l'attentat, le tueur de Christchurch présenté au tribunal ce samedi

​Au lendemain de l'attaque qui a fait 49 morts et plus de 48 blessés dans les deux mosquées de Christchurch, le tueur présumé, un Australien de 28 ans et militant d'extrême droite, a été présenté à un tribunal et inculpé pour meurtre.



Le suspect des attentats de Christchurch, Brenton Tarrant, à son arrivée au tribunal, samedi 16 mars 2019. Mark Mitchell/New Zealand Herald/Pool via REUTERS
Le suspect des attentats de Christchurch, Brenton Tarrant, à son arrivée au tribunal, samedi 16 mars 2019. Mark Mitchell/New Zealand Herald/Pool via REUTERS
En Nouvelle-Zélande, Christchurch commence à enterrer ses morts. La petite ville de l'île du sud a subi une attaque terroriste sans précédent : 49 personnes ont été abattues de sang-froid dans les deux mosquées de la ville, plus de 48 autres fidèles ont été blessés, au moins deux sont dans un état critique, dont un petit garçon de deux ans et une fillette de quatre ans. L'auteur présumé de cette tuerie a été officiellement inculpé pour meurtre et d’autres chefs d’accusation pourraient alourdir son dossier dans les jours qui viennent.
En entrant dans la salle du tribunal ce samedi matin, Brenton Tarrant a effectué un geste des mains typique des adeptes de la suprématie blanche. Comme une confirmation de la motivation derrière les massacres qu’il a perpétrés vendredi dans deux mosquées de la ville, commente notre envoyée spéciale à Christchurch, Carrie Nooten.

L’Australien, qui est apparu menotté, n’a pas dit un mot, ni exprimé aucun remord. Il s’est contenté de fixer la presse qui était seule autorisée dans la salle du tribunal. Les enquêteurs ont fouillé toute la journée une maison dans laquelle il aurait vécu à 300 kms au sud de Christchurch, mais n’ont pas encore fait part de leurs découvertes. Deux autres potentiels complices sont encore en garde à vue.

Adepte de la théorie du "Grand Remplacement"
Pour l’instant, le manifeste d’auto-justification qu’il a posté sur internet est la pièce qui explique le mieux son passage à l’acte. L'auteur du carnage y évoque Renaud Camus, le théoricien du « grand remplacement », du titre du livre qu'a publié l'écrivain français en 2011. Dans les heures qui ont suivi le drame, Renaud Camus a dénoncé les deux attaques, les qualifiant de « terroristes, épouvantables, criminelles, désastreuses et imbéciles ».

Dans son manifeste, le suspect motive ses attaques en estimant combattre ce qu'il juge être une submersion culturelle des peuples européens blancs par l'immigration, multipliant notamment les références à la France, étape clé de son cheminement. Il se déclare « fasciste », dénonçant un « génocide blanc » avec des références aux thèses suprémacistes.

« Le berceau, c’est les États-Unis. D’ailleurs, le terroriste utilise dans son manifeste une expression qui a été forgée dans les années 80 par David Lane, l’un des grands idéologues du suprémacisme blanc, et cette devise est : "Nous devons assurer l’existence de notre peuple et un avenir pour les enfants blancs". C’est une preuve supplémentaire qu’on est véritablement dans une idéologie de type néonazie. Oui, il existe des suprémacistes blancs un peu partout en Europe, dans les milieux néonazis, c’est-à-dire des gens qui pensent véritablement qu’il existe une race supérieure qui est la race blanche, et que les autres sont des races inférieures, pas seulement différentes, mais inférieures », explique Jean-Yves Camus, spécialiste des mouvements d'extrême droite européens sur ce mouvement suprémaciste.

Rfi

AYOBA FAYE

Samedi 16 Mars 2019 - 09:24




1.Posté par hoste le 17/03/2019 03:43
Bjr
j'ai regardé en partie la video sur l'attentat en nouvelle Zelande vendredi. Vous l'avez enlevé??
bav

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >