Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



OFNAC: le maire des HLM Babacar Seck accusé d’avoir détourné 500 millions de francs sur fond de bradage foncier

En cinq ans de présence à la tête de la municipalité des HLM, le maire Babacar Sadikh Seck est accusé par des conseillers municipaux d’un détournement de 500 millions de F CFA à travers l’attribution « opaque » d’un terrain à usage commercial sans délibération du conseil. Cherchant à tirer au clair ce « deal » après moult demandes d’explication envoyées au maire, en vain, ces conseillers ont finalement saisi l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (OFNAC). Mais le maire conteste et évoque des querelles d’ordre politique.



OFNAC: le maire des HLM Babacar Seck accusé d’avoir détourné 500 millions de francs sur fond de bradage foncier
 C’est un collectif de conseillers municipaux qui accuse le maire des Hlm de gabegie dans sa gestion. Tout serait parti de l’octroi par la municipalité d’un terrain (Lot N° 9814/GR EX 2196/dG) en date du 26 juin 2019, pour la construction d’un centre commercial au profit d’un homme d’affaires. D’après le collectif des conseillers municipaux opposés au maire, c’est en catimini que le maire Babacar Sadikh Seck aurait agi dans cette opération, sans une délibération préalable du conseil municipal. « Lorsque nous avons reçu l’information relative à cette attribution de parcelle qui s’est faite sans l’avis du conseil, nous avons été surpris. Et le comble de cette forfaiture a été le fait de constater que le terrain en question se trouve dans l’enceinte du garage du CETUD. Or, tout le monde sait que cette société n’est pas autorisée à revendre une partie de son espace », a soutenu le collectif des conseillers municipaux de la mairie des HLM.

Selon lui, le véritable acquéreur du terrain aurait procédé par prête-nom pour brouiller les pistes car étant déjà soupçonné d’accointance avec le maire. « Il était une fois lié avec la municipalité à travers une convention public-privé pour le pavage des rues aux alentours des cantines du marché HLM. Mais pour non-respect du contrat, il a eu des problèmes avec le conseil. A l’époque, il s’agissait de l’entreprise dénommée Dame Ka établissement. Mais aujourd’hui, quand il s’est agi d’un autre deal avec la complicité du maire, le promoteur a déposé sa demande d’octroi de terrain au nom d’une autre société dénommée International Touba Construction », indique toujours le collectif qui, après vérifications dans les registres de l’Apix, s’est trouvé que l’entreprise n’existe nulle part.

D’où, d’après le coordonnateur du collectif des conseillers de la mairie des HLM, la saisine de l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption pour une enquête en vue de faire la lumière sur la gestion du maire, Babacar Sadikh Seck. Les conseillers municipaux contestataires nourrissent aussi des soupçons sur la gestion du maire dans le cadre du volet social relativement à la Covid19. Autres griefs des conseillers à l’encontre du maire « Nous tous avions émis un avis favorable pour que la municipalité débloque 220 millions afin de venir au secours des populations de la commune face à l’impact de la pandémie. Mais, en ce qui concerne la répartition de cette aide et la destination de l’argent, il n’y a rien de transparent. Il y a des populations qui ont bénéficié des kits alimentaires, mais qui n’arrivent toujours pas à recevoir leurs dons », accuse le collectif des conseillers municipaux de la mairie des HLM.

Pour recueillir sa version face à de telles accusations relatives à sa gestion, nous avons joint le maire Babacar Sadikh Seck. Il nie avoir connaissance de l’existence d’une telle attribution de terrain et parle de querelles politiques. « Ils ont entendu parler certainement du non report des élections locales et veulent déjà se positionner pour la course à la mairie de HLM », a botté en touche l’édile, par ailleurs responsable à l’AFP, refusant d’aller plus loin suite à nos interpellations.

Le Témoin

AYOBA FAYE

Vendredi 25 Septembre 2020 - 09:17


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter