Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)

Omicron : 5 bonnes nouvelles pour finir l'année en beauté

.



Omicron : 5 bonnes nouvelles pour finir l'année en beauté
 La pandémie n'est pas terminée, et nous ne savons pas comment ni quand elle se terminera. Le niveau d'incertitude reste très élevé.

Il y a encore beaucoup de choses que nous ne savons pas sur Omicron et il est très risqué de prédire comment le virus va évoluer.

Nous ne pouvons exclure que la situation puisse même s'aggraver, mais nous pouvons aussi trouver quelques bonnes nouvelles qui nous permettent de rester modérément optimistes.

L'infection à Omicron présente un risque individuel plus faible d'hospitalisation et de décès.

Il existe de plus en plus de preuves que l'infection par cette variante présente un risque réduit d'hospitalisation. Les premières analyses provenant d'Afrique du Sud suggèrent un risque réduit d'hospitalisation chez les personnes infectées par l'omicron par rapport à celles infectées par d'autres variants, sur la même période.

En outre, une fois hospitalisées, les personnes infectées par le virus omicron présentaient un risque réduit de maladie grave par rapport aux personnes infectées par le virus delta. Une partie de cette réduction est probablement due à l'immunité élevée de la population.

Dans d'autres pays, le découplage entre les infections à omicron et le nombre de patients entrant en soins intensifs et mourant de covid-19 devient également illustratif, bien qu'il soit encore difficile de déterminer si le nouveau variant est moins virulent ou s'il s'agit de l'effet de l'immunité de la population (infections antérieures et vaccination), ou les deux. En Afrique du Sud, le nombre d'hospitalisations est inférieur de 65 % ; en Écosse, de 60 % ; et en Angleterre, de 40 %.

Un rapport récent de l'Imperial College London conclut que les personnes qui contractent le variant omicron sont moins susceptibles d'avoir besoin de soins hospitaliers que celles qui contractent le variant delta.

L'Agence britannique de sécurité sanitaire, dans son rapport d'évaluation des risques pour le variant, décrit déjà la probabilité d'hospitalisation pour omicron, par rapport à delta, comme un "risque relativement modéré" (bien qu'elle admette qu'il n'existe pas encore de données sur la gravité une fois à l'hôpital ou la mortalité).

Les cas chutent dans certains pays

En Norvège, aux Pays-Bas, en Belgique, en Allemagne, en Afrique du Sud et en Autriche, le nombre de cas a déjà commencé à diminuer. Il est possible que dans plusieurs de ces pays, l'effet delta et omicron soit mixte. Certains de ces pays ont également mis en place des restrictions depuis plusieurs semaines

Aminata Diouf

Vendredi 31 Décembre 2021 - 15:30


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter