Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Organisation de la Présidentielle de 2019: l'Armp épingle le ministère de l'Intérieur



Organisation de la Présidentielle de 2019: l'Armp épingle le ministère de l'Intérieur
L'Autorité de Régulation des Marchés publics (ARMP) a épinglé dans son rapport 2019, le ministère de l’Intérieur et de la sécurité sous Aly Ngouille Ndiaye, sur des marchés octroyés, lors de l’organisation de la présidentielle du 24 février 2019.

Le rapport révèle que le département dirigé par Aly Ngouille Ndiaye à l’époque ne s’est pas conformé aux dispositions du Code des marchés publics, en matière de passation de d’exécution des marchés. Le cabinet Grant Thornton qui a réalisé l’audit, a révélé de nombreuses anomalies dans la gestion 2019, surtout dans le processus de l’organisation de la présidentielle du 24 février 2019.

Pour l’acquisition d’un logiciel de contrôle de parrainage et de gestion informatique des résultats de la présidentielle, le dossier soumis à la revue ne comporte pas la demande motivée et envoyée à la Direction centrale des marchés publics.

La demande d’autorisation de passer le marché par entente directe a été envoyée à la Dcmp le 31 décembre 2018 et l’autorisation datée du 4 janvier 2019, soit 72 heures après, en violation de l’article 76-2b du Code des marchés publics qui préconise du délai de 24 heures.

Parallèlement au marché du logiciel de contrôle de parrainage et de gestion informatique des résultats de la présidentielle, le marché passé par entente directe pour l’achat de cartouches d’encre comporte aussi des irrégularités énormes.

L’agent comptable a évoqué l’urgence impérieuse pour recourir à l’entente directe. Elle a également relevé que le Code électoral fait obligation de produire les listes de lieux et bureaux de vote 30 jours avant la date du scrutin et 15 jours avant pour les listes électorales à remettre aux candidats.

Les auditeurs ont révélé que les modalités du choix du fournisseur ne leur sont pas communiquées et aucune spécification technique n’est produite dans le dossier soumis à la revue qui ne comporte que la facture proforma.

Pour la réfection de l’appartement du ministre, le rapport révèle un dépassement de 4.262.000 FCFA entre le montant prévu dans le Plan de passation des marchés et celui du marché a été noté sans qu’aucune attestation de crédits couvrant le dépassement ne soit produite.
 

Salif SAKHANOKHO

Jeudi 10 Décembre 2020 - 09:45


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter