PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




Ouganda: le royaume du Rwenzururu en proie à des revendications indépendantistes

Dans l'ouest de l'Ouganda, des combats ayant opposé les forces de sécurité aux gardes d'un roi local ont fait 62 morts. La police dit avoir été attaquée par des gardes royaux qu'elle accuse de faire partie d'une milice séparatiste. Le roi du Rwenzururu, Charles Wesley Mumbere, a été arrêté et transféré à Kampala. Il nie tout lien avec les indépendantistes.



L'Ouganda a aboli ses royaumes en 1967. Ce protectorat britannique venait de proclamer son indépendance et il fallait construire un État-nation. Cela n’a pas empêché les Bakonzo de se soulever, dès les années 1960, dans l'espoir de faire reconnaître leur vieux royaume.

La plupart de ces rebelles du Front de libération du Rwenzururu déposeront les armes, au début des années 1980. Leur très jeune chef, Charles Wesley Mumbere, obtiendra quelques concessions du gouvernement de Kampala. Ainsi, dans la ville de Kasese, par exemple, le konzo (une langue apparentée au nande, parlée de l’autre côté de la frontière, en RDC) devient une langue officielle.

Ce n’est qu’en 2009 que le royaume - célèbre pour ses « montagnes de la Lune », la chaîne du Rwenzori - sera reconnu officiellement. Le président Museveni pose alors une condition. Ne pas faire de politique ! Certains partisans de la monarchie réclament, malgré tout, la création d’une République, à cheval sur l’Ouganda et la République démocratique du Congo.

Le roi, un Ougandais qui a longtemps travaillé comme aide-soignant en Pennsylvanie et au Maryland, nie tout lien avec ces séparatistes. Il n'empêche, Charles Wesley Mumbere, après des affrontements meurtriers entre sa garde royale - que le gouvernement assimile à une milice - et les forces de sécurité, est maintenant sous les verrous.

L'opposant ougandais, Kizza Besigye, a dénoncé un « massacre » et diffusé sur Twitter des images montrant des cadavres devant le palais royal de Kasese.


Rfi.fr

Lundi 28 Novembre 2016 - 18:39



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter