Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Paiement 13e mois: la direction du Groupe Futurs Médias refuse et menace, le Synpics brandit un plan d'actions



Le mardi 24 novembre à 15h, s’est tenue une assemblée générale du personnel de Futurs Médias, convoquée par la section SYNPICS de Gfm. L’ordre du jour principal tournait autour du refus du paiement du treizième mois par la direction générale  avec un  retard de paiement de 2 ans.

"Le secrétaire général et le bureau de la section ont exposé à l’assemblée le problème plus en profondeur. Alors qu’elle avait promis de payer une première moitié du 13e mois de l’année 2019, la direction générale du Groupe Futur Médias a décidé de manière unilatérale de ne plus tenir cet engagement. Devant le refus du syndicat de concéder ce droit acquis, la direction a envoyé une lettre au ton menaçant et péremptoire pour informer les travailleurs que non seulement elle n’allait pas payer ce qu’elle appelle une prime mais, qu’elle allait se servir de cette somme pour acheter des voitures de service", a dénoncé le Syndicat des professionnels de l'information et de la communication du Sénégal (Synpics), dans un communiqué.

La Direction du GFM a également  informé de sa décision de procéder à un plan social. Elle a invoqué le prétexte de la crise sanitaire et de ses conséquences économiques pour ne pas passer à la caisse et satisfaire ce droit acquis de ses travailleurs.
  
Ainsi, le Synpics rappelle à la direction de ladite entreprise de presse que: "l’un des treizième mois dû, fait partie de l’exercice 2019 et donc antérieur à la COVID-19; le treizième mois, contrairement aux dires de la direction générale, est un droit acquis; la direction ne saurait se servir de l’argent de ses employés pour s’offrir des voitures de service et ce, contre leur accord; au-delà du problème du treizième mois, le syndicat doit s’intéresser de près aux cotisations sociales et à la régularité de leur versement auprès de l’institut dédié"


Aussi, le Synpics a décidé "à l’unanimité d’aller vers un plan d’actions dont le premier point sera la saisine de l’Inspection du travail et le port de brassard rouge. Elle a aussi donné mission au bureau de la section de rester ouvert à toute médiation pouvant aller vers une résolution concertée du différend tout en se réservant le doit d’utiliser tout autre moyen utile pour faire respecter les droits des travailleurs".

AYOBA FAYE

Jeudi 26 Novembre 2020 - 09:27


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter