Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Portrait-robot du nouveau Gouvernement de Macky Sall

Le Président sénégalais, Macky Sall a annoncé mercredi en Conseil des ministres son intention de former un nouveau gouvernement. Cela faisant suite au dialogue politique qu’il a lancé en mai 2019, après sa réélection, mais aussi un contexte marqué par la crise sanitaire qui a mis à terre l’économie du pays. A cette annonce, s’ajoute le limogeage d’autres membres du gouvernement dont Aminata Touré surnommée Mimi, du poste de président du Conseil économique social et environnemental (Cese). En analysant cette situation pour PressAfrik, le journaliste et analyste politique Momar Diongue y voit la formation d’un gouvernement à dimension politique, de fast-track et de resserrement pour une rationalisation des ressources publiques. En plus, Diongue qui dresse le portrait-robot de ce que pourrait être le nouveau gouvernement, croit qu’il y a de fortes chances que Aminata Touré revienne aux affaires.



« Pour former son gouvernement, Macky Sall doit avoir à l'esprit trois choses. La première chose, c'est la dimension politique qui est composée de deux aspects. Le premier aspect, c'est d'apaiser ses relations avec l'opposition en montrant qu'il peut prendre la posture de rassembleur. Le second : la politique vis-à-vis de sa propre majorité. Donc, il est bien conscient qu'elle a atteint ses limites et qu'il faudra lui donner un nouveau souffle. Et c'est pour cette raison que je n'écarte pas l'éventualité de la rentrée de quelqu'un comme Oumar Sarr », a soutenu M. Diongue.

Selon lui, la deuxième chose est qu'il va falloir pour Macky Sall de construire un « gouvernement fast-track, un gouvernement de mission ». Parce que, dit-il, la situation que le Sénégal va traverser est « particulièrement difficile avec une économie qui est quasiment à terre ». Et même si le président Sall fait appel à des politiciens, qu'il fasse appel aussi à des « technocrates qui connaissent leur secteur et qui n'auront pas à perdre du temps pour la maîtrise de leurs dossiers et qui iront très vite dans la résolution des problèmes lancinants qui se posent au Sénégal ».

Et enfin, la troisième chose qu'il va falloir qu'il prenne en compte, c'est la nécessité de faire un cure d'amaigrissement pour la rationalisation des ressources publiques. Car, explique l’analyste, sans doute, il est parvenu aux oreilles du président que les Sénégalais rouspètent contre cette manie qu'a le gouvernement de ne se priver de rien. D'avoir un gouvernement très élargi, des institutions budgétivores et à l'utilité douteuse et peut-être que le président pense aussi à un resserrement de ce gouvernement pour une rationalisation des ressources publiques.

« Et ce n'est pas antinomique à l'élargissement du gouvernement. Parce-que quand on parle de l'élargissement à l'opposition, les gens peuvent penser qu'il y aura beaucoup plus de ministères. Non, il y a un certain nombre de ministères qui peuvent être regroupés pour avoir de grands ministères confiés à des personnalités remarquables. Ces trois dimensions-là, il est obligé d'en tenir compte dans la formation de son gouvernement », a-t-il clarifié.
Possible retour de Aminata Touré dans le nouveau gouvernement


Pour le cas de Aminata Touré, Momar Diongue croit qu'il y a des personnes qui sont allées très vite en besogne, « et qui parlent de limogeage et d'une séparation avec le président de la République. Mais moi, il y a quelque chose qui m'étonne. C'est que le président pouvait se contenter de remercier des ministres, le ministre d'État, Secrétaire général de la Présidence ainsi que le ministre Secrétaire général de la Présidence et du gouvernement ».

Puis, il s’interroge, « Mais pourquoi a-t-il éprouvé le besoin, à côtés de ces décrets, de sortir un décret concernant Aminata Touré. Est-ce qu'il faut en lire un divorce à la tronçonneuse entre le président Macky Sall et Mimi Touré ou bien est-ce que derrière la tête du président Macky Sall, ne trolle pas l'idée de faire revenir Mimi Touré dans le gouvernement. C'est une hypothèse qu'il ne faut pas exclure. Sinon, je ne vois pas pourquoi il a pris tous ces décrets-là en même temps ».

Poursuivant son analyse, Diongue a estimé que « le décret concernant Aminata Touré pourrait n'avoir aucun rapport avec les autres décrets pour les membres du gouvernement et de la présidence. Donc, il pense que ça « laisse la porte ouverte à une éventualité d'un retour de Mimi Touré, qui après avoir occupé le poste de Premier ministre, peut revenir  occuper ce poste ou bien prendre une place importante dans le gouvernement de Macky Sall. D'autant que ce gouvernement sera ouvert à l'opposition. Il y aura sans doute, un ou deux ténors de l'opposition et peut être le président Macky Sall voudrait donner une dimension beaucoup plus renforcée à son parti dans le gouvernement et ferait faire revenir quelqu'un comme Mimi Touré au sein de l'attelage gouvernemental ».

Selon nos confrères de Libération, le retour du poste de Premier ministre n’est pas à l’ordre du jour. Et à ceux-là qui pensent que occuper un poste ministériel va réduire la classe de Mimi, ne sont pas du même avis que Momar Diongue. « Si elle prend la Primature pourquoi pas. Je crois que les propos de Libération ne sont pas parole d'évangile. Actuellement, personne n'est dans la tête du président. Et on est juste dans des suppositions et dans la spéculation. Certains membres de l'entourage du président ont convenu que la suppression du poste de Premier ministre a été une erreur de la part du président Macky Sall. Et il est évident qu'il s'est passé énormément de choses notamment la gestion de la crise covid19 » a-t-il expliqué.

Ensuite, a-t-il poursuivi, « certains problèmes entre ministres dans le gouvernement, la surexposition du président Macky Sall. Tout cela a montré que c'était une erreur d'avoir supprimé le poste de Premier ministre. Pourquoi le président ne ferait-il pas revenir le poste de Premier ministre étant donné qu'on va dans le cadre d'un gouvernement élargi. A partir de ce moment, il ne faudrait pas du tic au tac exclure l'éventualité d'un retour du poste de Premier ministre ». 

Maintenant, s'il s'avère que le poste de Premier ministre n'est pas rétabli, et qu'on ne retrouve nulle part Aminata Touré, pour Diongue, « ça veut dire que le président a décidé de tourner le dos à celle-là. Est-ce lié à une question de 3e mandat ? Une question à laquelle Mimi ne serait pas trop favorable. L'avenir nous le dira ».
 
Quels opposants dans ce nouveau gouvernement ?

 

Portrait-robot du nouveau Gouvernement de Macky Sall
Quelle opposition va rejoindre le président Macky Sall ? A cette question, notre interlocuteur a d’abord fait une étude de la classe politique notamment au sein de l’opposition divisée en deux. « Aujourd'hui, il y a une opposition que l'on connait radicale avec laquelle il n'est possible d'établir aucune passerelle avec Macky Sall. C'est que j'appelle la néo-opposition ou la nouvelle opposition qui est incarnée par Ousmane Sonko et le CRD composé de Thierno Alassane Sall, Abdoul Mbaye et Mamadou Lamine Diallo qui sont sans rémission contre le régime de Macky Sall ».

Avec eux, a soutenu M. Diongue, « il n'est possible d'établir aucune passerelle et aucune sorte de collaboration avec le pouvoir. En revanche, il y a une opposition qui a répondu à la main tendue du président de la République qui dans une position beaucoup plus conciliable vi- à-vis du président de la République peut se retrouver autour de l'essentiel. C'est par exemple la Grande alliance au sein de laquelle on retrouve des partis comme le Rewmi, de Idrissa Seck, Bokk Gis-Gis de Pape Diop, le parti de Madické Niang, le PUR, incarné par Issa Sall et le Grand Parti de Malick Gackou. Il n'est exclu que cette opposition aille au niveau du gouvernement en travaillant avec le président Macky Sall sur la base de l'accord convenu dans le cadre du dialogue politique ». 

Pour terminer, il a ajouté que « l'opposition incarnée aussi par Oumar Sarr et consort qui viennent de quitter le Parti démocratique sénégalais pour former leur propre parti pourrait se retrouver dans le cadre d'un gouvernement avec le président Macky Sall ». 

Salif SAKHANOKHO

Jeudi 29 Octobre 2020 - 15:49


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter