Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)
Liberté - Professionnalisme - Crédibilité
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)
PRESSAFRIK.COM




PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)









Présidentielle 2012 : Macky Sall renforce sa coalition, Wade cherche des appuis


Rédigé le Mardi 13 Mars 2012 à 11:23 | Lu 1167 commentaire(s)


L'opposition sénégalaise renforce son alliance autour de Macky Sall, qui sera face au président Abdoulaye Wade au second tour de la présidentielle le 25 mars, avec un rassemblement dimanche à Dakar, précédé samedi de la création d'une nouvelle coalition pour le soutenir.


Présidentielle 2012 : Macky Sall renforce sa coalition, Wade cherche des appuis
"Nous voulons un Sénégal nouveau, une République nouvelle basée sur des principes et des valeurs positives de notre société. Nous mettrons un terme à la gabegie et la corruption et ferons les ruptures nécessaires pour que le Sénégal redevienne une démocratie moderne", a déclaré Macky Sall, ex-Premier ministre de Wade.
"J'ai entendu dire que Macky Sall est le candidat des blancs. Je suis le candidat du peuple sénégalais, je ne suis l'otage d'aucune puissance étrangère, d'aucun groupe de pression", a ajouté M. Sall en réponse à des critiques de responsables du pouvoir.

Il s'exprimait devant plusieurs milliers d'opposants rassemblés dimanche Place de l'Obélisque à Dakar pour l'entendre, entouré de candidats battus au premier tour le 26 février qui ont tous appelé à le soutenir au second tour pour battre le président sortant.

Le rassemblement, à l'initiative du Mouvement du 23 juin (opposition et société civile), a été organisé en "hommage au peuple sénégalais et à ses martyrs" après des violences préélectorales qui ont fait de 6 à 15 morts dans la contestation de la candidature de M. Wade, jugée "illégale" par l'opposition.
Samedi, les douze candidats s'étaient joints à Macky Sall pour mettre en place le Rassemblement des forces du changement (RFC)/Benno bok Yaakkar (unis pour le même espoir, en langue wolof), nouvelle coalition qui va désormais porter la candidature de M. Sall.

Le RFC "est désormais le cadre privilégié de toutes nos actions. C'est la synergie de toutes nos forces, de nos énergies et de nos moyens. Ensemble nous irons à la conquête des suffrages, ensemble nous gagnerons et ensemble nous allons gérer le Sénégal", a affirmé M. Sall à la presse, en présence de neuf des douze candidats battus au premier tour ou de leurs représentants.
Le chanteur Youssou Ndour, autre soutien de M. Sall et dont la candidature à la présidentielle a été rejetée par le Conseil constitutionnel, était également présent.
Abdoulaye Wade est arrivé en tête du premier tour avec 34,81% des voix, suivi de son ex-Premier ministre devenu opposant, Macky Sall avec 26,58% des voix.
Wade accuse l'Occident

De son côté, le président Wade, 85 ans et au pouvoir depuis 2000, continue sa tournée chez les chefs religieux entamée depuis l'ouverture jeudi de la campagne électorale pour le second tour.
Il a rencontré samedi soir Serigne Modou Kara Mbacké, un chef religieux mouride, une influente confrérie au Sénégal à laquelle appartient M. Wade, à qui il a demandé une consigne de vote en sa faveur.
"Je sais qu'il y a du monde derrière toi, on t'écoutera. Je ne vais pas te tordre le bras, mais sache que je compte sur toi", a déclaré M. Wade, cité par l'Agence de presse sénégalaise (APS, publique), en rendant visite au guide religieux, également chef du Parti pour la vérité et le développement (PVD).
Il a indiqué n'avoir pu gagner au premier tour parce que "l'Occident a fait campagne électorale contre" lui, sans préciser de pays ou d'organisation.

"J'ai demandé à la famille libérale d'aller rencontrer ces électeurs jusque chez eux s'il le faut, pour leur faire comprendre qu'ils n'ont rien à craindre", a affirmé M. Wade, chef du Parti démocratique sénégalais (PDS, libéral).
Il faisait allusion aux 41,42% d'électeurs qui se sont abstenus au premier tour à cause, selon des responsables du parti au pouvoir, des violences qui ont précédé le scrutin.
Abdoulaye Wade doit poursuivre sa campagne électorale lundi en Casamance.
 
 


avec StarAfrica.com




Actu en filet | Editorial | Politique | Commentaire | Economie | Société | Procès Habré | Médias | MONDIAL 2014 | Sport | Reportage | Portrait | Analyse | Culture | Mondial 2010 | Opinion | Afrique | Monde | Jet Set | People | Mode | Amour | High Tech | Santé | Insolite | Inter | Lutte 2010/2011 | Inondations 2012 | Crise Malienne | Crise ivoirienne | Partenaires | DOSSIER BEN LADEN | Campagne 2012 | Scrutin présidentiel 2012 | Magal Touba 2011 | Prestation de serment Macky Sall | Législatives Sénégal 2012 | Chronique | Fesman | eng | twitts | Agenda | vidéos sports | Dossier | Scrutin second tour présidentielle Sénégal | Actualité | Présentielle 2019 | Foot | Autres Sports