Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Présidentielle au Burundi: pour l’ONG ICG, le résultat est loin d’être joué

Les élections au Burundi doivent se tenir le 20 mai. Après 15 ans au pouvoir Pierre Nkurunziza ne se représente pas. Son dauphin, Évariste Ndayishimiye, candidat CNDD-FDD au pouvoir, est le favori. Mais pour l’ONG International Crisis Group, il devra compter avec un challenger. Le principal opposant Agathon Rwasa suscite un certain engouement dans la population.



Présidentielle au Burundi: pour l’ONG ICG, le résultat est loin d’être joué
De réputation plus modéré que son mentor Pierre Nkurunziza, Évariste Ndayishimiye « semble être prêt, s’il est élu, à rétablir des relations avec la communauté internationale » selon l’ONG International Crisis Group, en particulier les bailleurs et les investisseurs privés sur lesquels le pays pourrait s’appuyer pour relancer son économie.
 
Toutefois, pour l’analyste Onesphore Sematumba, il n’est pas question de révolution dans la politique du parti au pouvoir : « Dans sa campagne, on sent que son discours porte beaucoup plus sur le bilan de Nkurunziza que sur les promesses de changement qu’il va faire. Donc ça donne déjà un signal de toute la difficulté d’émancipation qu’il pourrait trouver sur son chemin. »
 
Agathon Rwasa parvient à mobiliser
 
En cas de victoire, il devra aussi trouver sa place avec les forces en présence, renchérit Richard Moncrieff, directeur du projet Afrique centrale chez Crisis Group : « À l’intérieur du CNDD-FDD, il existe des courants et des intérêts qui sont très complexes pour Évariste, s’il devient président. »
 
Et la victoire n’est pas encore assurée. Son principal opposant, Agathon Rwasa, semble réaliser une bonne campagne. C’est en tous les cas l’avis de Nelleke van de Walle, responsable de Crisis Group pour la région des Grands Lacs : « S’il y a un candidat avec la possibilité de mobiliser la population, c’est vraiment Agathon Rwasa. Donc il a vraiment de bonnes bases dans le pays, mais il y a aussi beaucoup de gens qui sont prêts pour une alternance politique. »

RFI

Jeudi 14 Mai 2020 - 14:55



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter