Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Présidentielle au Zimbabwe: l'écart se resserre entre Mnangagwa et Chamisa

Au Tchad, les avocats du chef peul, Oumarou Magadi dénoncent un acharnement judiciaire contre leur client. Oumarou Magadi est le prisonnier dont la libération a provoqué une fusillade au sein du tribunal de Doba en mai dernier. Une fusillade ayant entrainé la fronde du personnel judiciaire contre l'ancien gouverneur la région et sa traduction en justice. Le 8 juillet dernier, le chef traditionnel a été interpelé à nouveau et transporté à Ndjamena où une nouvelle procédure a été ouverte contre lui.



Aussitôt après sa libération par la justice fin mai dernier, le chef peul Oumarou Magadi avait été arrêté sur ordre de l’ancien gouverneur de Doba et détenu au secret pendant un mois, avant d’être relâché sous la pression de ses avocats. Il était poursuivi pour association de malfaiteurs, vol de bétail, viol et autres délits que la justice de Doba n’a pas retenus, estimant que les faits pour lesquels il croupissait en prison depuis un an ne sont pas constitués.
Mais depuis le 8 juillet, le parquet de Ndjamena a fait interpeler à nouveau le vieil homme que les services de sécurité décrivent comme un chef de gang. En cherchant à le juger deux fois dans la même affaire, la justice fait preuve d’acharnement contre son client, estime l’avocat maître Doumra Manassé : « Il a été libéré par le tribunal de grande instance de Doba parce que les infractions retenues contre lui ne sont pas constituées. Ce qui est curieux est ce qu’ils appellent nouvelles charges. Ils ont écrit que, même tout dernièrement, les éléments de Oumarou Magadi ont commis trois quarts des crimes en date du 21 juin 2018, au moment où il est détenu à l’ANS de Moundou ».de charges nouvelles qu’Oumarou Magadi a été interpelé à nouveau dans le cadre d’une procédure qui aura lieu, cette fois-ci, à Ndjamena.
 

rfi.fr

Lundi 23 Juillet 2018 - 16:02



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter