Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Projet Pôles aquacoles au Sénégal: un milliard injecté pour industrialiser la filière de l’aquaculture

Le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime Alioune Ndoye a présidé mardi dernier, la signature de la seconde convention de financement, de conception et de gestion de fermes aquacoles industrielles marine et continentale qui lie le Fonds Souverain d’Investissements Stratégiques (Fonsis), l’Agence nationale pour l’aquaculture (ANA), le Bureau Opérationnel de Suivi du Pse (BOS) et l’Office des Lacs et Cours (OLAC). Un protocole qui permettra d’amorcer la mise en place de fermes aquacoles industrielles.



 D’après le rapport de la Banque mondiale, 62% de poissons de consommation proviendront de l’aquaculture d’ici 2030. Avec un taux de croissance annuelle de 5,8%, l’aquaculture constitue aujourd’hui une « alternative fiable » pour combler le déficit en approvisionnement des produits halieutiques selon le ministre Alioune Ndoye. D’où l’intérêt selon lui, de travailler en synergie entre les organes de l’Etat pour plus d’efficacité dans les actions publiques.

« L’objet de ce protocole est de mutualiser  les  efforts  entre  les  différentes structures signataires pour amorcer le développement d’une aquaculture industrielle  et  durable  au  Sénégal », note le ministre de la Pêche et de l’Economie maritime. Pour mieux contribuer à la lutte pour la sécurité alimentaire, il est question de sortir du cadre des fermes aquacoles de type communautaire.

L’urgence aujourd’hui selon Alioune Ndoye, c’est d’aller vers la mise sur pied de structures industrielles pour répondre à la demande de fourniture de protéines d’origine animale, d’emplois des jeunes et de création de richesse. « Ce protocole d’accord permettra d’inciter le secteur privé national comme international à franchir le pas pour un investissement massif dans l’aquaculture », affirme le ministre qui s’engage à apporter une dotation d’un (01) milliard pour renforcer l’attractivité des projets aquacoles.

Une démarche saluée par le Dr Tening Sène directeur de l’Agence nationale de l’aquaculture (ANA). « Le projet aquacole initié depuis 2016 a pour objectif d’amorcer le développement de l’aquaculture industrielle au Sénégal  mais  également  de  lever  la contrainte  de  la  problématique  de l’aliment de poisson », a relevé Mme Sène.

Depuis 2016 année de lancement du projet, des réalisations ont été entreprises en collaboration avec le Pnud et le BOS. Il s’agit de la réalisation d’étude de faisabilité, de la sécurisation du foncier dans la partie marine à Diakhanor dans la commune de Palmarin et une partie continentale dans le Diakhel dans la région de Saint-Louis.

Il y a aussi la création par le Fonsis avec un capital d’un milliard (01) de la société d’exploitation dénommée Aqua pôle. Outre la mise à disposition d’une enveloppe d’un milliard au sous-secteur de l’aquaculture, il est prévu selon la tutelle, la mise en place d’une ligne de financement pour développer un réseau de producteurs aquacoles, rapporte le correspondant du journal Le Témoin à Rufisque.

AYOBA FAYE

Mardi 18 Mai 2021 - 12:59


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter