PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




Qu'a-t-il laissé de si graves comme consignes pour aller se réfugier en France ?



Qu'a-t-il laissé de si graves comme consignes pour aller se réfugier en France ?
Aussi chaude que fut la journée du 23 juin 2011 et aussi gravement que son fauteuil présidentiel vacilla, le Président Wade n'avait pas bougé. Il était là dans le Palais de la République, à quelques avenues près de la place Soweto où le peuple s'était rassemblé pour dire non à son projet de loi sur le quart-bloquant.

Wade est parti depuis un plus de six ans. Son successeur qui n'a apparemment pas retenu les leçons de sa chute, tente lui aussi de forcer un barrage que la majorité du peuple a dressée devant lui. Mais contrairement à son prédécesseur, lui a décidé de suivre les événements de la journée annoncée du 19 avril, depuis la France, vers où il s'est envolée ce mardi et n'en reviendra que le 21 avril, d'après la Présidence de la République ,qui s'est distinguée encore une fois de plus avec une légèreté légendaire dans la rédaction du communiqué annonçant son voyage. Les services de communications du Palais se sont trompés sur la date du retour du chef de l'Etat et se sont naturellement attirés les moqueries de la toile La parenthèse de la "bourde publique" fermée, il faut se demander pourquoi le président de la République a décidé de quitter le pays en pleine tornade. L'opposition a appelé à un très grand rassemblement devant le grilles de l'Assemblée nationale pour dire non au projet de loi sur le parrainage. Le Mouvement "Y'en a marre" ne sera également pas en reste. En effet, même s'ils ont essuyé les menaces d'un ministre de la République, Fadel Barro, Thiat et Cie ont promis de se dresser aux côtés des populations, contre ledit projet de loi.

Dans une de ses récentes interventions devant les ressortissants sénégalais de Togo, le Président Macky Sall a mis en garde tous ceux qui ont décidé de perturber le vote de son projet de loi le 19 avril à l'Assemblée nationale. Avant de décoller pour la France, il a certainement laissé des consignes claires aux organes répressifs de l'Etat (ORE). Quelles sont ces consignes et quelle va être son attitude si l'inéluctable répression dégénère.

Le 23 juin 2012, dans l'après-midi, quand la température refusait de chuter dans les rues de Dakar, Serigne Abdoul Aziz Sy Al Ibn, le porte-parole d'alors du khalife général des Tidiane et Serigne Bass Abdou Khadre, porte-parole du khalife général des mourides avaient été dépêchés d'urgence au Palais, pour raisonner Wade, qui avait fini par retirer son projet de loi. Seulement ce jeudi, quand le pays va s'embraser, l'homme en qui il a mis toute sa confiance en 2012, sera dans les salons douillets de l'ancien colonisateur. 

Ce 19 avril donc, les religieux ne trouveront pas d'interlocuteur à la Présidence, si les choses virent au drame.Pire, si le Président reste injoignable, le pays sera sans gouvernail et le peuple abandonné à son sort.

AYOBA FAYE

Mardi 17 Avril 2018 - 18:24




1.Posté par Mayday le 17/04/2018 20:57
Se cacher derrière un arbre et tuer à distance, ce n'est pas se battre! La bravoure, c'est le combat à la lance ou au sabre, les yeux dans les yeux, poitrine contre poitrine!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter