Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Ramadi: recul tactique selon Obama

Le président américain qualifie de recul tactique la perte de la ville irakienne de Ramadi et de la cité antique de Palmyre en Syrie, toutes deux tombées aux mains du groupe État islamique. Barack Obama estime cependant que les États-Unis ne sont pas en train de perdre le combat contre l'EI



Le président Obama de retour à la Maison Blanche, le 14 mai, après une réunion avec les dirigeants du Conseil du Golfe à Camp David.
Le président Obama de retour à la Maison Blanche, le 14 mai, après une réunion avec les dirigeants du Conseil du Golfe à Camp David.

Les décapitations dans les rues de Palmyre au lendemain de la prise de contrôle de la ville syrienne par l’organisation, sont une indication que les djihadistes se renforcent encore. Cette victoire est intervenue quelques jours après la prise de Ramadi, chez le voisin irakien.

Ces succès montrent que la stratégie américaine visant à multiplier les frappes aériennes contre les rebelles et les opérations terrestres limitées menées par les forces locales, peuvent ralentir le groupe mais pas le vaincre.

Mais Barack Obama écarte l’idée d’un échec des gouvernements américain et irakien contre les djihadistes. D'après Marie Harf, la porte-parole du Département d'État, "dans un long conflit, il y a des flux et reflux" et "la stratégie est la bonne, c'est le cadre approprié pour avancer".

Le président Obama fait face en interne à la pression de ses adversaires qui souhaitent un engagement militaire plus prononcé et cette pression devrait s’intensifier. Dans la mesure où toute offensive terrestre américaine est exclue, une nouvelle stratégie est à écarter.


BBC Afrique

Vendredi 22 Mai 2015 - 13:21