Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Réception des candidatures et listes de parrainage: Antoine Diome renvoie Sonko à l'article L 176 du code électoral



Réception des candidatures et listes de parrainage: Antoine Diome renvoie Sonko à l'article L 176 du code électoral
La liste départementale de Yewwi Askan WI, en marge des législatives de 2022 a été rejetée par la Direction générale des élections. Après ce refus, l'opposant Ousmane Sonko, membre de la Conférence des leaders de ladite coalition a dénoncé "un délit d'administration" de la part de l'institution. Le ministre de l'Intérieur, Antoine Diome a profité d'une rencontre ce jeudi pour lui répondre.  

« J'ai tantôt entendu un peu partout chez certains acteurs souligner que l'administration a le devoir de recevoir les courriers qui lui sont destinés. Oui, c'est vrai, mais dans chaque administration il y a un bureau de courrier, or quand il s'agit de la réception des dossiers de candidatures et des listes de parrainage, je voudrais renvoyer donc très humblement à l'article L 176 du code électoral qui prévoit que c'est le ministre de l'Intérieur qui institue par arrêté la commission en charge de recevoir les listes de parrainage et les dossiers de candidatures. Et cette commission a des compétences qui sont encadrées non seulement dans la matière, mais également dans les délais pendant lesquels elle peut les recevoir », a-t-il fait savoir à l’occasion du lancement du Programme dénommé « Nietti Elections ».

Le ministre a précisé que la Direction générale des élections compte en son sein « d'éminents Commissaires de police, mais également magistrats et autres fonctionnaires, qui depuis plus d'une vingtaine d'années s'adonnent à des tâches quotidiennes dont le résultat a permis d'avoir régulièrement des élections apaisées ».

Par ailleurs, M. Diome a rappelé à ce titre que ce n’est pas la première fois qu'ils sont à pied d'œuvre pour organiser les différentes opérations électorales. « Depuis 2002, et de façon interrompue à quelques exceptions près, nous avons la même équipe. Donc, essayer de les discréditer ou de mettre en doute leur impartialité, je pense, est un exercice qu'on pouvait éviter ».

D’après lui, cela contribuera fortement à apaiser les esprits « pour qu'on se dirige tranquillement comme le passé vers des élections libres, transparentes et démocratiques. Il ne l'objet d'aucun doute concernant l'administration, les droits des uns et des autres seront respectés quand il s'agira aussi de faire supporter les obligations aux uns et aux autres, il n'y aura pas d'hésitation pour les faire respecter », a soutenu le ministre de l’Intérieur.

Moussa Ndongo

Jeudi 19 Mai 2022 - 15:25


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter