Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Régression de la Covid-19 au Sénégal : Abdoulaye Diouf Sarr écarte la thèse de l'immunité collective



Le Sénégal n’est plus à l’époque où le nombre de cas liés au coronavirus se comptait par plus de cent au quotidien et faisait frémir la population. Depuis plus de deux (2) mois, la tendance semble être revue à la baisse. Mais, si l'on en croît au ministre de la Santé et de l'Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, cette régression de la pandémie, n'est pas l'oeuvre de l'immunité collective.

"L'immunité collective n'a jamais été notre plan de riposte. Si l'immunité collective était la stratégie de riposte, le corollaire serait un nombre de morts extrêmement important. Parce qu'on ne ferait rien, on laisserait simplement le virus circulait sans rien faire. Et aujourd'hui, le Sénégal a le meilleur taux de létalité par rapport à la moyenne africaine et mondiale", a expliqué le ministre qui demande à mettre de côté l'hypothèse de l'immunité collective.

Le Sénégal est, à ce jour à 330 décès, et selon Selon Abdoulaye Diouf Sarr "c'est la riposte qui a été très efficace et qui a permis d'avoir ces résultats". 

"On ne s'attend pas à une deuxième vague de la maladie"

Alors qu'une deuxième vague de la Covid-19 est en train de sévir dans les pays occidentaux, Abdoulaye Diouf Sarr a rassuré les Sénégalais lors de la conférence de presse du gouvernement qui s'est tenue au Building administratif, Mamadou Dia ce mardi.
"Par rapport à nos recherches et aux résultats que nous disposons, on ne s'attend pas à une deuxième vague de la maladie. Mais n'empêche, nous travaillons dans une hypothèse pessimiste", a-t-il conclu.


Fana CiSSE

Mardi 24 Novembre 2020 - 14:24


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter