(Revue de presse du vendredi 4 août 2017) Un Front national de résistance face à Macky Sall



(Revue de presse du vendredi 4 août 2017) Un Front  national de résistance face à Macky Sall
Suite et pas fin des Législatives dans nos quotidiens. Selon LIBERATION, « Moustapha Niasse va rempiler à la tête de l’Assemblée nationale alors que Mahammad Boun Abdallah Dionne continuera de diriger le Gouvernement qui connaîtra néanmoins un réaménagement en profondeur ». Si LIBERATION est formelle, DIRECT INFO se fie quand même à certaines indiscrétions pour dire que « le chef de l’Etat Macky Sall a l’intention de confirmer Dionne à son poste de Premier ministre car il bénéficie de la confiance du président qui voit en lui un collaborateur à la fois loyal et compétent ».

Pour les résultats des Législatives, l’OBS informe que l’Apr aura au moins 97 députés à l’Assemblée nationale sur les 125 probables de la coalition BBY soit plus de 58% des sièges. Ainsi le journal explique que le chef de l’Etat s’est aménagé une plage de sécurité assez confortable qui pourrait même l’amener à s’affranchir s’il le souhaite de tous ses alliés politiques sans grand dommage à l’Assemblée.

A l’analyse des résultats, le TEMOIN informe que le chef de l’Etat est minoritaire dans la région de Dakar. Les résultats obtenus par sa coalition sont de 36% des suffrages exprimés. Le Pr Moussa Diaw, enseignant-chercheur en politique à l’Ugb soutient dans le journal que « ce score éloigne Macky Sall du premier tour de la présidentielle de 2019 dans la région de Dakar qui compte plus de 30% des électeurs du pays ». En tout cas dans le QUOTIDIEN, pour Amadou Bâ, tête de liste de Benno dans le département de Dakar, cette victoire de BBY dans la capitale, est « une adhésion des dakarois aux projets du chef de l’Etat ». Alors que dans le même journal, Idrissa Seck parle « d’un coup de force tenté pour priver les dakarois de leur victoire ». Dans la même veine, le leader de Rewmi à la UNE du journal LES ECHOS « appelle la justice à être juste, la presse à éviter la manipulation, l’administration à être équidistante et le peuple à prendre son destin en mains ». Pour la défaite de Khalifa Sall et Cie, ENQUETE l’explique par « le coup K.O des dissidents ». Le journal soutient que « la défection de Santi Agne, Alioune Ndoye, Ousmane Ndoye, Jean Baptiste Diouf, Mame Amadou Samba, Doudou Issa Niasse… a été fatale à Khalifa Sall ».

WALFQUOTIDIEN se pose une question : chef de l’opposition, qui va prendre la place de Wade ? Selon le journal, Abdoulaye Wade a la légitimité d’incarner le statut du chef de l’opposition. Seulement, il a déjà dit qu’il n’est pas intéressé par un poste de député.

DAKARTIMES révèle l’enregistrement d’entretiens téléphoniques par la police d’un pays qui coopère avec le Sénégal dans le domaine du renseignement. Selon ces discussions, un Front  national de résistance sera mis en place, des manifestations d’envergure seront organisées pour contester les élections et des recours vont être déposés. Les renseignements révèlent un coup de téléphone entre Wade et Idrissa Seck et entre l’ancien chef de l’Etat et son fils Karim.

Sur le plan économique, le SOLEIL informe que des conventions préparant le démarrage des activités du Parc industriel international de Diamniadio ont été signées hier entre l’Apix, l’Aprosi et le Fonsis. Des actes qui annoncent le démarrage prochain des activités du Parc dans la zone économique spéciale. Le journal ajoute que ce sont des entreprises mauriciennes qui seront les premières à s’y installer.

Les morts encore sur nos routes. SUDQUOTIDIEN informe qu’un bus qui a quitté Dakar dont le chauffeur est reproché de s’être endormi au volant, a dérapé sur la route entre Kaffrine et Kaolack. Bilan, 4 morts sur le coup et une soixantaine de blessés.

Terminons avec l’affaire Amy Collé Dieng. L’AS informe que suite à ses propos injurieux contre le chef de l’Etat diffusés sur les réseaux, elle a été interpellée hier par la Dic à Dakar-Plateau. Le journal ajoute que pour les sénégalais établis à l’étranger et qui font la même chose, l’Etat a saisi Interpol pour les traquer. Pour Amy Collé Dieng, retenez avec VOX POPULI qu’elle risque jusqu’à deux ans de prison.
 


Vendredi 4 Août 2017 - 11:40



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter