Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



SUEZ pris en flagrant délit de corruption et de surfacturation en France



SUEZ pris en flagrant délit de corruption et de surfacturation en France
Le site français capital.fr a publié en novembre 2017, un article intitulé « Arrangements entre élus et gestionnaires: le scandale du prix de l'eau », dans lequel des sociétés privés dont SUEZ sont impliquées dans des flagrants délits de corruption et de surfacturation sur le marché de l’eau en France.

Nos confrères ont révélé que des liens incestueux entre les collectivités locales et les sociétés privées n'ont jamais été rompus. Veolia, Suez et la Saur, ont recours à toutes les méthodes imaginables pour entretenir l'amitié avec les élus et les fonctionnaires territoriaux. Du légal, comme le sponsoring du club de sport local ou la caisse de champagne envoyée à Noël, au plus contestable, comme les invitations à déjeuner dans les grands restaurants, les voyages d'études sous le soleil ou les matchs de football à répétition dans la loge VIP de l'entreprise. 

Selon le site, ce climat d'amitié sincère est certainement très bon pour les comptes des entreprises. Mais il l'est beaucoup moins pour le portefeuille des abonnés. Déjà trop peu contrôlés sur le terrain, les opérateurs privés en profitent en effet pour faire du gras sur le dos des usagers, avec le consentement tacite des collectivités locales. 

A lire aussi https://www.pressafrik.com/Les-dessous-de-l-affaire-Sde-Suez-Mansour-Faye-mouille-dans-un-parfum-de-corruption_a198468.html

Première astuce, facturer des services imaginaires ou des travaux inutiles. A Lourdes, par exemple, Suez s'est longtemps fait payer le remplacement des branchements de tuyaux de plomb, alors que l'entreprise s'était engagée à prendre ces travaux à sa charge lors du renouvellement de son contrat de délégation de service public (DSP). 

Dans l'Essonne, Suez usait d'une autre tactique : il adressait à tous les usagers une taxe sur les eaux pluviales qui n'était due, en réalité, que par les entreprises. C'est Wissous, une petite commune limitrophe de l'aéroport d'Orly, qui a débusqué le loup en 2016, à l'occasion de son changement d'intercommunalité. 

Pour cette seule citée de 5.000 habitants, ce sont plusieurs centaines de milliers d'euros qui ont été versés en trop à Suez en deux ou trois ans !
Comment les habitants de Lourdes se sont fait avoir par Suez

Selon des informations de nos confrères, un rapport de police portant notamment sur la gestion de l'eau à Lourdes a été transmis début 2017 au parquet de Tarbes, qui pourrait décider d'ouvrir une information. Pendant des années, le marché de l'assainissement et de la distribution de l'eau dans la ville mariale, confié à Suez, a été vérolé par les petits arrangements et les surfacturations. 

Dans un rapport publié en janvier dernier, la Cour des comptes en France indique ainsi que, sur un lot de dix factures datées de 2013, les enquêteurs en ont trouvé trois qui ne correspondaient à aucune prestation. Ces pratiques, qui se seraient poursuivies jusqu'en 2015, après le changement de majorité de 2014, ne datent pas d'hier.

Dès 2008, un technicien de la ville avait calculé que, si l'on mettait fin à toutes ces dérives, on pourrait baisser les tarifs de 60% ! Dans le nouveau contrat signé l'année suivante avec Suez, Jean-Pierre Artiganave, le maire UMP de l'époque, n'a cependant accepté de les réduire que de 25%. « Il craignait que les habitants ne lui reprochent de s'être fait voler pendant toutes les années précédentes », témoigne un ancien élu. 

Au reste, la foire aux factures a continué de plus belle. Bien qu'il se soit formellement engagé à les prendre à sa charge, Suez a, par exemple, facturé à la mairie le coût du remplacement des branchements en plomb. Et cette dernière a payé les yeux fermés.
Des canalisations trouées qui laissent s’évaporer 20% de l’eau

Le croira-t-on ? Pas moins de 20% de l'eau distribuée en France s'évapore par ces trous ! Impossible de conserver un tel taux de perte alors que le changement climatique risque d'entraîner une diminution de la ressource. 

En France, il faut reconnaître que des efforts ont été réalisés ces dernières années : au début de la décennie, le taux de fuite moyen s'élevait entre 25 et 30%. Mais la France est encore loin des normes fixées par la Commission européenne : ramener les pertes d'eau à moins de 10% dans les grandes villes et autour de 15% dans le reste du territoire.

Salif SAKHANOKHO

Jeudi 25 Avril 2019 - 17:18




1.Posté par Dilaté le 26/04/2019 10:26
Vous êtes terribles
Quel est le but de votre article

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter