Suivez en DIRECT le développement de la prise d'otages dans un supermarché de France

Une prise d'otages était en cours ce vendredi dans un supermarché de Trèbes, près de Carcassonne dans le sud de la France, par un individu se réclamant du groupe Etat islamique (EI), selon les autorités judiciaires



Suivez en DIRECT le développement de la prise d'otages dans un supermarché de France
16 h 14 : RECTIFICATIF - Deux militaires blessés au cours de l'opération
Contrairement à ce qu'on annonçait précédemment, deux militaires ont été blessés durant la prise d'otages dans le Super U à Trèbes, selon une source de la gendarmerie. 

Le gendarme qui a pris la place d'un otage est gravement blessé par balle, et un militaire de l'antenne GIGN de Toulouse a également été blessé durant l'assaut.

Au total, le bilan provisoire est finalement de 3 morts et 4 blessés. Le suspect a également été abattu.

16 h 06 : Le fil des événements et deux cartes pour se situer

Les trois attaques de Carcassonne et Trèbes ont débuté ce vendredi matin dans le sud de la France
Le suspect, qui se réclamait de l'EI, a d'abord volé une voiture à Carcassonne (1), tuant un passager et blessant grièvement le conducteur, selon des sources proches de l'enquête. Il a ensuite blessé un policier par balle (2) - ce dernier rentrait d'un footing avec plusieurs collègues - , puis l'assaillant s'est rendu dans un supermarché de Trèbes, à dix kilomètres de là, où il a tué deux autres personnes (3).
 

15 h 15 : Le dernier bilan fait état de trois morts, trois blessés en urgence absolue et deux blessés par balle
Le dernier bilan communiqué par l'Intérieur fait état de trois morts dont un tué dans le supermarché. 
Trois autres personnes sont en urgence absolue, dont le lieutenant-colonel qui s'est porté volontaire pour remplacer une otage. 
On compte enfin deux blessés par balle en "urgence" : un gendarme de la colonne d'assaut du GIGN et le CRS attaqué à Carcassonne. 

15 h 11 : C'est quoi un «soldat du califat» ?
C'est ainsi que l'Etat islamique a désigné dans son communiqué le terroriste de Trèbes. Cette appellation a un sens précis dans le langage de Daech. Selon Mathieu Guidère, islamologue que nous avons interrogé en juin 2016 sur le sujet, il s'agit d'individus "qui prêtent allégeance au groupe terroriste, depuis l'étranger". Ces derniers forment ce qu'on pourrait appeler "la légion étrangère de l'État islamique". Ils frappent à l'étranger sans forcément avoir fait un passage en Syrie ou en Irak. 

14 h 49 : Le groupe terroriste Etat islamique revendique l'attaque de Trèbes
L'Etat islamique a revendiqué l'attaque de Trèbes, selon un communiqué de l'agence de propagande de Daech, appelée Amaq, repris sur le compte Twitter de Wasim Nasr, le spécialiste des questions terroristes de France 24 
           
14 h 42 : Le lieutenant-colonel qui s'est constitué otage est "gravement blessé"
Le lieutenant-colonel de 45 ans qui s'est volontairement proposé en échange d'un otage est "gravement blessé", a déclaré le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb depuis Trèbes. 

Le ministre a salué l'"héroïsme" de ce gendarme qui était à la tête du premier peloton de gendarmerie qui est intervenu sur les lieux de l'attaque.

Pendant la prise d'otage, le lieutenant-colonel a laissé son téléphone ouvert, a précisé le ministre, permettant aux forces d'intervention de suivre ce qu’il se passait à l'intérieur. 
 

14 h 40 : Le terroriste, un «petit dealer» qui «a agi seul», d'après Gérard Collomb

Lors d'une conférence de presse donnée dans l'Aude, le ministre de l'Intérieur a indiqué que le terroriste abattu ce vendredi après-midi par le GIGN était "un petit dealer", qui avait "agi seul". Il n'aurait donc pas de complice. "C'était un solitaire qui est passé à l'acte", a déclaré le ministre qui a retracé le parcours de l'assaillant. 

"Il venait de Carcassonne et il est parti pour aller jusqu'à Trèbes. Nous sommes dans une petite ville tranquille. Hélas la menace est partout", a déploré Gérard Collomb. 

14 h 31 : Le terroriste s'appelait Redouane lkdim et avait 26 ans
Le ministre de l'Intérieur a déclaré en conférence de presse que le terroriste abattu vendredi s'appelait Redouane Lakdim (Orthographe non vérifiée) et avait 26 ans. Il était connu des services de police pour des actes de petite délinquance mais les services ne le pensaient pas en voie de "radicalisation". "Il est passé à l'acte brusquement", a déclaré le ministre de l'Intérieur.

14 h 20 : L'assaut a été donné à 14h25
Selon une source de la gendarmerie, l'intervention du GIGN a duré moins d'une dizaine de minutes. 

14 h 15 : Pour l'heure, trois gendarmes blessés au cours de la prise d'otages et de l'assaut
En plus du gendarme qui s'était constitué prisonnier lors de la prise d'otages, deux autres militaires de l'antenne GIGN de Toulouse ont été blessés au cours de l'assaut, selon une source issue de la gendarmerie.

14 h 03 : Le gendarme blessé avait proposé de lui-même de prendre la place d'une otage
Âgé de 45 ans, le gendarme qui s'était constitué prisonnier à la place d'une femme retenue en otage au Super U de Trèbes est un officier en local du groupement de gendarmerie de l'Aude. Ce militaire a été blessé au cours de la prise d'otages. À ce stade, on ignore encore son état de santé. 

C'est le gendarme lui-même qui a volontairement et rapidement proposé de prendre la place d'une femme, peu de temps après le début de la prise d'otages.  

13 h 55 : Plus de détails sur le déroulement de l'attaque des CRS
Selon nos informations, le terroriste a suivi en voiture les quatre CRS qui terminaient leur footing à Carcassonne. Il a ouvert le feu sur le groupe alors qu'ils rentraient dans la caserne, blessant l'un d'entre eux à l'épaule. Alors qu'il prenait la fuite en voiture, un CRS a couru derrière pour relever la plaque d'immatriculation ; information qui permettra de faire le lien entre les deux incidents en identifiant formellement le véhicule sur le parking du supermarché de Trèbes. 

13 h 54 : Un assaillant pour trois attaques ?
Les enquêteurs ont commencé à reconstituer le fil des événements. "Le suspect a d'abord volé une voiture à Carcassonne, tuant un passager et blessant le conducteur, avant de toucher à l'épaule un CRS à proximité de la caserne située non loin de là", ont indiqué plusieurs sources à l'AFP. "Ensuite, il a tué deux autres personnes au cours de la prise d'otages dans le supermarché de Trèbes". 
Des informations à prendre avec prudence. La situation reste très confuse en ce milieu d'après-midi.. 
 

13 h 45 : Gérard Collomb arrivé sur place
Le ministre de l’Intérieur indique avoir rejoint les forces de sécurité et de secours à Trèbes. "Ne propagez pas de Fake news", a demandé le ministre sur son compte Twitter

13 h 45 : Le terroriste a été abattu par les forces de l'ordre

L'assaut a été donné par les forces de l'ordre contre le preneur d'otages retranché dans le supermarché de Trèbes. Le terroriste a été abattu, selon des sources proches de l'enquête.
 

13 h 24 : Une troisième personne tuée d'une balle dans la tête à Carcassonne
Une personne a été tuée vendredi matin d'une balle dans la tête à Carcassonne. Selon Bruno Bartoccetti, du syndicat SGP-Police, il aurait été assassiné par le terroriste actuellement retranché à Trèbes.

13 h 24 : Facebook a activé son «Safety Check»
Le réseau social Facebook a, comme à son habitude, mis en place le «Safety Check», un outil qui permet aux utilisateurs situés à proximité d'une attaque terroriste de signaler à leurs amis Facebook qu'ils sont en sécurité.

 

Lancé en 2014, le «Safety Check» était initialement prévu pour les catastrophes naturelles avant d'être étendu aux attentats après ceux de 2015 à Paris. En mars 2016, le réseau social avait dû présenter ses excuses après un bug du «Safety Check»: des utilisateurs du monde entier, parfois à des milliers de kilomètres de l'événement, avaient reçu une notification après un attentat meurtrier au Pakistan. 

13 h 14 : CRS blessé : «la balle est passée à 3 cm du coeur»
Selon le pôle CRS du syndicat Unsa Police, le policier blessé par balle ce matin est dans un état stable. Il a une cote cassée et un poumon perforé. La balle serait passée à "3 cm du coeur". 

13 h 13 : Le procureur de Paris se rend à Carcassonne
François Molins se rend à Carcassonne et doit rejoindre deux magistrats de la section antiterroriste déjà partis, nous indique le Parquet de Paris. 

13 h 04 : Le preneur d'otage demande la libération de Salah Abdeslam
Selon nos informations, le preneur d'otages, toujours retranché dans le supermarché Super U de Trèbes, a demandé la libération de Salah Abdeslam, seul survivant du commando du 13 novembre 2015 et actuellement le détenu le plus surveillé de France. 

13 h 03 : Au moins deux morts et trois blessés, dont un grave
Le bilan de la prise d'otage dans un supermarché de Trèbes fait état d'au moins deux morts et trois blessés. On ne sait pas encore si le CRS touché par balle à Carcassonne est intégré à ce bilan.

13 h 01: Un lieutenant-colonel de 45 ans s'est échangé contre un otage
Selon nos informations, le militaire toujours présent dans le supermarché où le terroriste est retranché est un lieutenant-colonel de 45 ans, qui s'est échangé contre un otage. 
 

12 h 51 : Le preneur d'otage serait un Marocain suivi pour radicalisation
Selon une source proche de l'enquête citée par l'AFP, l'homme soupçonné d'être le preneur d'otage à Trèbes serait un marocain suivi pour radicalisation.

12 h 49 : Les élèves de Trèbes confinés mais «en sécurité» dans les établissements
Les élèves sont «en sécurité à l'intérieur» des écoles et du collège de Trèbes (Aude) et «y resteront» pendant la durée de la prise d'otages en cours dans le supermarché de la ville, a affirmé vendredi l'académie de Montpellier.

«Les élèves des (quatre) écoles et du collège de la ville de Trèbes dans l'Aude sont en sécurité à l'intérieur des établissements. Ils y resteront jusqu'à nouvel ordre. Un repas sera servi aux externes. Il est demandé aux familles de ne pas se rendre sur place», a indiqué l'académie dans un communiqué, sans préciser le nombre d'élèves concernés. 

Tous les accès à la ville de Trèbes étaient bouclés par des forces de l'ordre fortement armées, a constaté un journaliste de l'AFP.


Le point de situation à 13 H 30

• Deux attaques dans l’Aude, dont une prise d’otage toujours en cours

En fin de matinée, un groupe de CRS faisant de la course à pied a été visé par un individu armé qui les suivait en voiture. L’un d’entre eux a été blessé à l’épaule, sans que son pronostic vital ne soit engagé. L’assaillant a pris la fuite.

Dans la foulée, un individu a pris en otages des clients et des employés dans un supermarché de Trèbes, à 15 minutes de Carcassonne. Très vite, les forces de sécurité sont intervenues et des clients du magasin ont pu être évacués. Selon la gendarmerie, il y aurait deux morts à déplorer, au moins un selon nos informations. À 13H, la prise d’otages était toujours en cours et le forcené était toujours retranché dans le magasin.

Le lien entre les deux événements n’a pas encore été officiellement établi. Les enquêteurs travaillent sur l'hypothèse que les deux attaques soient le fait d'une seule et même personne. 

• Le preneur d’otages se revendique de Daech

C’est ce qu’affirme le parquet de Carcassonne. Pour l’heure, le groupe terroriste Etat islamique n’a rien revendiqué.

• La section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert une enquête

Le parquet de Carcassonne s'est dessaisi de l'affaire au profit de la section antiterroriste du parquet de Paris, qui a ouvert une enquête pour assassinat, tentative d'assassinat et séquestrations sous conditions, le tout en relation avec une entreprise terroriste, et associations de malfaiteurs terroristes criminelle, indique le parquet de Paris au Figaro. 

• Philippe évoque une «situation sérieuse», Collomb se rend sur les lieux

Très vite, le premier ministre a écourté sa visite à Mulhouse où il était en déplacement pour rejoindre Matignon et suivre la situation. Son homologue de l’intérieur, Gérard Collomb, a déclaré se rendre sur les lieux. 
 

12 h 25 : La voiture de l'homme qui a tiré sur des CRS retrouvée sur le parking du supermarché de Trèbes
La voiture de l'homme qui a tiré sur les quatre CRS ce matin à Carcassonne a été retrouvée sur le parking du supermarché de Trèbes, ce qui indique que les deux affaires pourraient être liées.

12 h 22 : 80 pompiers et membres d'équipes médicales sont sur place
Au sein de la zone de prise d'otage bouclée par la gendarmerie, où le PSIG (Peloton de sécurité et d'intervention de la gendarmerie) intervient avec le GIGN, la Sécurité civile est également mobilisée. 80 pompiers et équipes médicales sont sur place, avec deux hélicoptères pour les évacuations médicales éventuelles.
 





12 h 14 : "J'ai vu une porte de frigo, j'ai demandé aux gens de venir se mettre à l'abris"
Une cliente du supermarché témoigne sur France info : "Un homme a crié et a tiré des cours de feu à plusieurs reprises. J'ai vu une porte de frigo, j'ai demandé aux gens de venir se mettre à l'abri. Nous étions dix et nous sommes restés une heure. Il y a eu encore des coup de feu et on est sorti par la porte de secours derrière. (...) Il a crié 'Allah je ne sais pas quoi', je ne l'ai pas vu."

12 h 06 : La préfecture de l'Aude met en place une cellule d'informations

Toute personne "impactée par les événements en cours" peuvent appeler cette cellule au 04.68.10.29.00, a indiqué la préfecture de l'Aude sur Twitter. 

11 h 53 : Le CRS blessé par balle "va bien"
Selon nos informations, le CRS blessé par balle à l'épaule ce matin n'est pas dans un état grave. 

11 h 49 : L'homme serait armé de couteaux, d'une arme de poing et de grenades
Selon un témoin présent sur place, l'homme qui est entré dans le supermarché autour de 11h15 au cri d'"Allah Akbar" serait armé de couteaux, d'une arme de poing et de grenades.


11 h 41 : Un mort confirmé, selon nos informations
Selon nos informations, un employé du supermarché a été tué. Par ailleurs, il n'y aurait plus d'otage dans le supermarché.

Selon le maire de Trèbes, Eric Ménassi, le preneur d'otage serait seul dans le bâtiment avec un officier de gendarmerie.


11h 27 : Une à deux personnes présumées décédées par balle
Une à deux personnes ont été touchées par balles et seraient décédées vendredi matin, lors d'une prise d'otages dans un supermarché à Trèbes (Aude), a-t-on appris auprès du commandant de gendarmerie.

"On a malheureusement une présomption de décès, mais on ne peut pas faire venir de médecin sur place pour le vérifier", a déclaré à l'AFP le général Jean-Valéry Letterman, qui commande l'ex-région de Languedoc-Roussillon.

11 h 25 : Mise en place d'un périmètre de sécurité
Par ailleurs, un périmètre de sécurité a été mis en place autour des lieux de la prise d'otage. Le ministère de l'Intérieur conseille d'éviter le secteur et de rester à l'écoute des consignes de sécurité.


Avec Le Figaro

AYOBA FAYE

Vendredi 23 Mars 2018 - 12:29



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter