Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Tchad: baisse des prix des engrais pour la culture du coton



Cette annonce faite le week-end dernier par le chef de l’État en visite à Moundou, dans le Sud, soulage les producteurs de coton. Les prix des engrais qu’ils achètent seront réduits d’un quart. Concrètement, l'État tchadien accepte de céder plus de trois milliards de francs CFA chaque année pendant cinq.

Il y a deux ans, la production cotonnière du Tchad est tombée à 15 000 tonnes. Une baisse liée à la faillite de la CotonTchad qui n’arrivait plus à payer les producteurs. Mais depuis l’entrée du groupe singapourien Olam dans le capital de l’entreprise, les créances ont été remboursées et les paiements sont désormais réguliers. Ainsi en une année, la production a fait un bond dépassant les 170 000 tonnes de coton-graine.

En décidant de réduire de 6 000 francs le prix de chaque sac d’engrais indispensable à la production du coton, l’État tchadien va directement impacter le quotidien de plus de trois millions d’habitants du bassin cotonnier, explique Ibrahim Malloum, secrétaire général en charge de la commercialisation de la CotonTchad.

« Cela a des conséquences directes sur le revenu du paysan qui va augmenter, ils vont économiser au moins 6 à 7 000 francs par sac d’engrais. En plus, cela leur permet d’utiliser plus d’engrais pour augmenter le rendement. On est aux alentours de 500 à 600 kilos à l’hectare. Or par l’intensification des engrais, on passerait facilement à 1 200 ou 1 300 kilos à l’hectare. Et cela va plus que doubler la production des paysans, leur rendement, et donc le revenu peut être doublé », détaille Ibrahim Malloum.

Selon plusieurs producteurs contactés, cet effort financier va pousser à produire plus de coton. Mais en même temps, ils plaident tous pour que les pistes rurales soient aménagées. Certaines n’ont quasiment pas été entretenues depuis plus de dix ans. Ce qui ne facilite pas l’acheminement du coton vers les usines.

Rfi

Jeudi 5 Mars 2020 - 18:33



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter