Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Thaïlande: un suspect recherché après l'attentat de Bangkok

Le bilan de l’attentat à Bangkok s’alourdit, on parle maintenant d'une vingtaine de morts et de 125 blessés. Parmi les morts figurent des Chinois, des ressortissants de Hong Kong, des Malaisiens et un Singapourien. La nationalité de certains corps n’a pas encore pu être déterminée. Par ailleurs, la police aurait identifié un suspect grâce aux caméras de sécurité du sanctuaire hindouiste où la bombe a explosé.



Parmi les morts de l'attentat de Bangkok figurent des Chinois, des ressortissants de Hong Kong, des Malaisiens et un Singapourien. REUTERS/Chaiwat Subprasom
Parmi les morts de l'attentat de Bangkok figurent des Chinois, des ressortissants de Hong Kong, des Malaisiens et un Singapourien. REUTERS/Chaiwat Subprasom

Le suspect identifié grâce aux images des caméras de sécurité est un jeune homme avec un tee-shirt jaune portant un sac à dos. On le voit arriver avec le sac au sanctuaire Erawan, puis partir sans le sac quinze minutes après, peu avant l’explosion. Le chef de la junte thaïlandaise et Premier ministre Prayuth Chan-ocha a affirmé que ce suspect appartenait à un groupe opposé à la junte et qu’il était originaire du nord-est du pays.

Le bastion des Chemises rouges

Le nord-est est le bastion des Chemises rouges, les partisans de l’ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra, renversé par un coup d’Etat en 2006 et ennemi juré des généraux au pouvoir. Il faut sans doute garder une certaine prudence par rapport à ces affirmations. En avril dernier, la junte avait accusé les Chemises rouges d’avoir commis un attentat sur l’île touristique de Koh Samui, mais aucune preuve n’a été apportée depuis.

Libertés publiques encore restreintes

Ce qui semble certain, c’est que l’attentat va permettre à la junte de restreindre encore plus les libertés publiques sous prétexte de sécurité nationale et de prolonger son maintien au pouvoir.


Rfi

Mardi 18 Août 2015 - 09:44