Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Togo: la société civile en marche pour exiger un recensement électoral

Pour la première fois depuis un an, la société civile reprend la rue pour exiger des élections transparentes à quelques mois de la présidentielle. Une marche pour exiger un recensement électoral et non une révision comme veut le faire le gouvernement, la reconstitution d’une Commission électorale nationale indépendante plus équilibrée et la proclamation des résultats bureau de vote par bureau de vote.



C’est une foule clairsemée qui a parcouru le trajet choisi par les autorités togolaises : un parcours de deux heures, de Gakpoto à Kpota. Une manifestation encadrée par la police munie de matraques. Des militaires armées étaient visibles au point de départ et au point d'arrivée de la marche où un meeting a été organisé.
 
Plusieurs messages ont été délivrés, comme celui d'une femme qui appelle à aller s’inscrire sur les listes lors des prochaines révisions. « Ceux qui nous gouvernent depuis longtemps avec à leur tête le président Faure veulent une fois encore organiser des élections ! Ils se préparent à faire une révision des listes électorales à partir de ce 29 novembre.
 
Lors des dernières législatives les gens se sont abstenus, il étaient fâchés parce que les machines ne fonctionnaient pas. Mais cette fois-ci, dès 7 heures du matin le 29 ,allez envahir les lieux de révisions et faites la queue jusqu'à ce que les lieux débordent de monde ! »
 
Le professeur David Dosseh, porte-parole du Front citoyen, lui n’est nullement déçu de la mobilisation. Ce n’est qu’un début, nous dit-il, il fallait que la société civile s'engage. « Vous savez, le processus électoral a toujours été vicié au Togo, avec une Céni qui est aux ordres du gouvernement, avec des résultats toujours préfabriqués qui ne reflètent pas la vérité des urnes. Cette fois-ci, en raison des tensions qui augmentent, il était important que la société civile s'engage, résolument, pour que les conditions s'améliorent afin que le prochain processus soitr vraiment un processus électoral apaisé ! »
 
La marche s’est achevée dans le calme, aucun incident n’a été signalé.

RFI

Jeudi 28 Novembre 2019 - 08:41


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter