Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Trafic de drogue, maltraitance de personnes dans les centres de redressement : le camp de Kara dément la gendarmerie



Trafic de drogue, maltraitance de personnes dans les centres de redressement : le camp de Kara dément la gendarmerie
Le camp de Serigne Modou Kara brise le silence après la sortie de la gendarmerie qui a révélé, dans un communiqué dimanche, avoir découvert dans des centres de redressement appartenant au marabout, des personnes, âgées de 17 à 42 ans, placées sous haute surveillance et victimes de séquestration, de maltraitances, voire de tortue. Il dément la gendarmerie avant d’apporter des explications.
 
« Suite au communiqué très nuancé partagé sur les réseaux sociaux et par la Gendarmerie nationale, le Diwane tient à préciser ce qui suit : "la Gendarmerie n’a trouvé de la drogue dans aucun des centres de redressement Darou Salam au niveau de la banlieue cités dans leur communiqué" », peut-on lire dans une note rendue publique.
 
Les éléments du marabout invitent « l’autorité à bien préciser l’endroit dans lequel elle affirme avoir trouvé du chanvre indien pour éviter toute confusion ». Ils démentent formellement, l’information selon laquelle, un des geôliers où a été retrouvé de la drogue et dont les gendarmes déclarent qu’il a trouvé refuge au domicile de Serigne Modou Kara Mbacké.
 
« Celui auquel ils font allusion est certes un membre du mouvement, mais pas geôlier au niveau des trois principaux centres reconnus de la Kara sécurité. Il serait bien de préciser qu’il n’était pas dans le domicile du guide Cheikh Ahmadou Kara Mbacké au moment de la descente de la gendarmerie. (… ) ».
 
A propos de la maltraitance et de la malnutrition évoquée, les disciples de Kara précisent qu’il serait bien de rappeler que les pensionnaires de ces centres y ont été envoyées par leurs propres parents sur la base d’une décharge d’autorisation parentale signée. Ces mêmes parents accompagnés de membres de leurs familles faisaient des visites récurrentes pour s’enquérir de l’état de leurs enfants dans la structure ».

Une conférence de presse organisée par Serigne Modou Kara sur cette affaire est annoncée ce lundi.

Aminata Diouf

Lundi 30 Novembre 2020 - 09:53


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter