Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Ukraine: l’Otan confirme l’entrée de troupes russes, Moscou dément

L’Ukraine se prépare au combat en réaction à une concentration des troupes russes et des forces rebelles dans l’est de son territoire. L’Otan a confirmé que de nombreux convois militaires étaient arrivés de Russie depuis quelques jours. Moscou affirme qu’il s’agit d’accusations « sans fondement



Selon le commandant en chef de l’Otan, des colonnes d’équipement, des chars, des systèmes d’artillerie et de défense antiaérienne, ainsi que des troupes de combat russes ont été détectés en train de franchir la frontière ukrainienne ces deux derniers jours, pour se déployer sur les territoires contrôlés par les séparatistes pro-russes. Les autorités ukrainiennes ont déclaré observer leurs mouvements et se préparer au combat.

Le porte-parole du ministère russe de la Défense a balayé ces accusations, affirmant qu’elles étaient « sans fondement » et ironisant sur ces « soi-disant convois militaires russes » que l’Otan « voit faire irruption en Ukraine », nous rapporte notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne.

Il a en revanche dénoncé une prétendue « augmentation de la présence militaire étrangère » à proximité « immédiate » des frontières russes, sans toutefois donner de détails de cette présence. Il estime ainsi nécessaire de maintenir les soldats à la frontière et en Crimée en état d’alerte.

Les observateurs de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) disent avoir observé ces derniers jours des convois militaires sans plaques d’immatriculation faisant mouvement vers Donetsk. Et des drones d’observation ont été la cible de tirs par les indépendantistes. L’OSCE note que la frontière n’existe plus entre la Russie et les zones séparatistes.

Reconnaissant que le cessez-le-feu  était de plus en plus virtuel, son secrétaire général a jugé que l’afflux d’armes dans les zones rebelles pouvait « mener à une confrontation plus ouverte ». Devant le Conseil de sécurité de l’ONU réuni en urgence ce mercredi, un haut responsable a dit que les Nations unies redoutaient « le retour à une guerre totale ».



Rfi.fr

Jeudi 13 Novembre 2014 - 09:55