Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Vélingara: les populations de Niandouba face à l'enclavement de terres non aménagées



Vélingara: les populations de Niandouba face à l'enclavement de terres non aménagées
Les populations du village de Niandouba, situé dans la commune de Kandiaye, département de Vélingara, ont organisé, dimanche passé, une marche pacifique suivie d’un point de presse. Sur près de 3 km, les villageois ont réclamé plus de considération, de justice sociale et plus d’équité territoriale de la part des autorités étatiques. Ainsi que le désenclavement du barrage, l’érection d’un collège d’enseignement et l’aménagement de terres pour le maraîchage et l’agriculture, a rapporté « Le Quotidien ».

Encadrés par les gendarmes du détachement de Diaobé, les manifestants, par le biais de leur porte-parole de la communauté Mamadou Salif Sow ont déclaré qu’étant près de 1000 habitants, ils ne sentent pas l’Etat à leurs côtés. « Vous avez, vous-mêmes, emprunté la piste qui mène au village. Elle est impraticable. Pendant la saison des pluies, nous ne bougeons pas. Les évacuations des malades sont impossibles et nous n’avons pas un poste de santé. Nos femmes, qui se rendent à Diaobé pour écouler leurs produits agricoles, trouvent rarement un véhicule qui soit prêt à quitter la route latéritique pour entrer dans le village, à seulement 3 km », a-t-il déploré.

Poursuivant M. Sow d'affirmer: « chaque année, nos élèves, qui réussissent à l’examen de l’Entrée en sixième, ne trouvent pas de tuteurs à Kounkané ou Kandiaye et abandonnent quelques mois ou des années après. Alors que c’est le plus gros village de la commune, qui polarise 4 autres villages qui ont tous des écoles élémentaires. »

Ce n’est pas tout : « Le barrage, qui porte le nom du village, ne nous sert à rien. Nos terres ne sont pas aménagées pour autoriser le maraîchage et une agriculture prospère. L’eau est disponible, la main-d’œuvre aussi. Il manque les aménagements et financements. Le développement est à portée de main pour retenir les jeunes, si nous avions le soutien de l’Etat », a plaidé le porte-parole du village Niandouba.

Ndeye Fatou Touré

Jeudi 25 Novembre 2021 - 10:05


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter