Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Visé par une enquête en Chine, le président d’Interpol démissionne

L'organisation policière internationale Interpol a annoncé ce dimanche 7 octobre la démission « avec effet immédiat » de son président chinois Meng Hongwei, porté disparu depuis plus de dix jours et que Pékin soupçonne d'avoir « violé la loi ».



C'est par un communiqué publié sur Twitter qu'Interpol a annoncé la démission de son président chinois. « Aujourd'hui, dimanche 7 octobre, le secrétariat général d'Interpol à Lyon, en France, a reçu la démission de M. Meng Hongwei, en tant que président d'Interpol, avec effet immédiat », a indiqué l'organisation policière internationale.

Le mandait de Meng Hongwei, élu pour quatre ans, courait jusqu'en 2020. Il sera remplacé provisoirement par le Sud-Coréen Kim Jong-yang, vice-président du comité exécutif d'Interpol, jusqu'à la 87e assemblée générale de l'organisation (du 18 au 21 novembre à Dubaï) lors de laquelle sera organisée l'élection d'un nouveau président pour deux ans.

L'annonce est intervenue après celle de la Commission centrale d'inspection disciplinaire du Parti communiste chinois (PCC) au pouvoir. Cette instance chargée de lutte contre la corruption des fonctionnaires y indiquait que Meng Hongwei était visé par une enquête dans son pays, soupçonné d'avoir « violé la loi ».

Meng Hongwei, 64 ans, est porté disparu depuis fin septembre lorsqu'il a quitté le siège de l’organisation internationale de police criminelle pour rejoindre la Chine. Son épouse, qui a fait part jeudi soir à la police française de la « disparition inquiétante » de son mari, dit ne plus avoir de nouvelles de lui depuis le 25 septembre lorsqu'il lui avait envoyé un message sur un réseau social indiquant : « attends mon appel ». S'en était suivi un second message comprenant seulement une émoticône traduisant une situation de danger, a raconté Grace Meng ce dimanche lors d'une conférence de presse à Lyon.

Selon le quotidien Hong-Kongais South China Morning Post, qui cite une source non identifiée, Meng Hongwei aurait été pris en charge par les autorités chinoises. Le quotidien affirme qu’il aurait été « emmené » pour répondre à des questions des autorités « dès son atterrissage en Chine », pour des motifs encore flous. Samedi, le secrétaire général d'Interpol, l'Allemand Jürgen Stock, avait demandé à la Chine « une clarification » sur la situation du président de l'organisation.

Avant d'être élu fin 2016 à la tête d'Interpol, en remplacement de la Française Mireille Ballestrazzi, Meng Hongwei exerçait en Chine comme vice-ministre de la Sécurité publique. Mais depuis plusieurs mois déjà, il n’était plus en odeur de sainteté au sein du Parti communiste chinois. Il avait perdu sa place au sein du puissant comité du parti chargé de superviser son ministère. Le début de la fin dans un système où les responsables communistes sont jugés hors du cadre judiciaire classique.

rfi.fr

Lundi 8 Octobre 2018 - 10:32



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter