1,3 million armes illégales au Ghana

Un groupe d'experts de l'ONU avertit le Ghana sur le risque que représentent la prolifération des mercenaires et les compagnies de sécurité privée. Selon ce groupe, le ratio entre les agents de sécurité privée et le nombre de policiers est des plus inquiétants.
Selon les chiffres du gouvernement ghanéen, près de 400 sociétés privées emploient environ 450 000 personnes, alors que le pays ne compte que 33 000 policiers.
A cela s'ajoute ce rapport du groupe de travail des Nations Unies sur les mercenaires, le groupe de travail onusien a noté qu' 1,3 million d'armes illégales ont été introduites clandestinement au Ghana. Les experts relèvent aussi une prolifération de groupes de vigilance et d'individus armés.
Une experte du groupe de travail qui s'est rendu au Ghana la semaine dernière a averti que cela pourrait aboutir à un désastre.
Elle a rappelé que des pays riches en ressources naturelles mais aux frontières poreuses, comme le Ghana, ont été victimes des activités de mercenaires, lorsque la situation sécuritaire était minée par la violence.
Le groupe a appelé le gouvernement à prendre des mesures sévères contre ces entreprises, dont beaucoup n'ont pas reçu de formation de base sur des questions telles que les droits de l'homme.



1,3 million armes illégales au Ghana
Selon les chiffres du gouvernement ghanéen, près de 400 sociétés privées emploient environ 450 000 personnes, alors que le pays ne compte que 33 000 policiers.

A cela s'ajoute ce rapport du groupe de travail des Nations Unies sur les mercenaires, le groupe de travail onusien a noté qu' 1,3 million d'armes illégales ont été introduites clandestinement au Ghana. Les experts relèvent aussi une prolifération de groupes de vigilance et d'individus armés.

Une experte du groupe de travail qui s'est rendu au Ghana la semaine dernière a averti que cela pourrait aboutir à un désastre.

Elle a rappelé que des pays riches en ressources naturelles mais aux frontières poreuses, comme le Ghana, ont été victimes des activités de mercenaires, lorsque la situation sécuritaire était minée par la violence.

Le groupe a appelé le gouvernement à prendre des mesures sévères contre ces entreprises, dont beaucoup n'ont pas reçu de formation de base sur des questions telles que les droits de l'homme.

BBC

Jeudi 21 Décembre 2017 - 09:51



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter