A Davos, Trump adresse «ses sentiments chaleureux» aux dirigeants africains

Deux semaines après avoir qualifié certains pays africains de « pays de merde », Donald Trump a ce vendredi 26 janvier demandé à son homologue rwandais Paul Kagame, nouveau président de l'Union africaine, de transmettre « ses sentiments chaleureux » aux chefs d'Etat du continent.



La conférence de presse a duré à peine deux minutes. Assis côte à côte face aux journalistes, le président rwandais Paul Kagame et le dirigeant américain Donald Trump ont fait un résumé très formel de leur discussion tenue en marge du Forum de Davos.

Prenant la parole en premier, Donald Trump a d'emblée couvert d'éloges son homologue du Rwanda, allié historique des États-Unis. « C'est un honneur d'être avec le président Kagame, nous avons eu une remarquable discussion. Ce que vous avez fait au Rwanda est absolument incroyable, nous faisons du commerce avec le Rwanda et nous avons une excellente relation. »

Avec RFI.fr

Donald Trump a ensuite continué sa déclaration les yeux rivés sur Paul Kagame. « Je tiens à vous féliciter monsieur le président, en tant que nouveau responsable de l'Union africaine. C'est un grand honneur. Votre nomination a été annoncée récemment, et c'est sincèrement un grand honneur. Je sais que vous allez à votre premier sommet, transmettez mes sentiments chaleureux, mais c'est un grand honneur de vous avoir en ami. »

Le président rwandais a de son côté jugé que l'entretien avait été « bon », ajoutant que les deux hommes avaient parlé d'économie et d'échanges commerciaux. Ont-ils évoqué les propos de Trump sur « les pays de merde » ? La question a été hurlée par les journalistes, des dizaines de fois. En vain. Elle est restée sans réponse, Trump s'en tenant à plusieurs « merci » répétés avec condescendance.

Donald Trump, n'a jamais fait d'excuses officielles, se contentant de tweeter que ses propos avaient été déformés et qu'il n'était pas raciste. Via Paul Kagame, il tente de ménager les susceptibilités, alors que plusieurs dirigeants africains s'étaient élevés contre ses propos.


Samedi 27 Janvier 2018 - 00:33



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter