Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Affaire 18 Ha de Nianing: chronique d'un week-end de toutes les tensions

​Le weekend écoulé, les choses ont évolué très vite dans ce qu’il est convenu d’appeler désormais l’affaire des 18 hectares de Nianing. De la réunion de conciliation à l’initiative du préfet au point de presse du maire de Malicounda, Maguette Sène, en passant par le point de presse de Mbour Justice, l’interdiction de la réunion publique d’information de Jog Jotna, la délocalisation du programme à Mbour, la descente avortée de Guy Marius Sagna et compagnie à Nianing… Retour sur un weekend de tous les chocs.



 D’abord le jeudi, à l’occasion d’un comité local de de développement (cdd) spécial, le préfet a réuni autour d’une même table les membres de Jog Jotna, le maire de Malicounda, Maguette Sène, et ses collaborateurs, le chef de village de Nianing, le capitaine commandant le secteur local des Eaux, Forêts et Chasse, le nouveau promoteur attributaire du site à valoriser, et, last but not least, des responsables de services techniques de l’Etat intéressés par la questions foncière.

Dans son arbitrage, le préfet a indiqué qu’un blocage existe, certes, mais que les différentes parties peuvent le surmonter car rien d’irrégulier n’est pour le moment relevé. Suffisant pour faire changer d’avis, pour ne pas dire de camp, le mouvement « Mbour Justice » qui avait fait corps au début de l’éclatement de cette polémique avec Jog Jotna.

Faisant face à la presse le vendredi, son coordinateur, Bacary Diémé, a confié que sa structure est d’avis qu’il n’y a aucune contradiction entre les versions des parties prenantes (mairie, promoteur et Eaux et Forêts) et aucune zone d’ombre sur la légalité des procédures et documents exposés par ces dernières. Par conséquent, le mouvement a certifié qu’«il n’y a pas de litige foncier, ni de spoliation  foncière». Ses membres demandent ainsi au mouvement plaignant, Jog Jotna, de suspendre sa manifestation du 30 mai 2021. Ils ont aussi lancé un appel à leur camarade Guy Marius Sagna pour qu’il revoie sa position sur cette affaire des 18 ha, « s’il est de bonne foi et n’est mu que par le souci de recueillir des informations nécessaires à une bonne appréciation de la situation ».

Le samedi, le préfet a pris un arrêté pour interdire à la fois la réunion d’information publique prévue par Jog Jotna et la manifestation de Sargal » (hommage) à Maguette Sène (le maire) toutes les deux manifestations étant prévues le dimanche à Nianing. Motif invoqué, « menaces réelles de troubles à l’ordre public ».

Le dimanche, les partisans du maire, interdits de « Sargal », obtempèrent. Leur manifestation est purement et simplement annulée. Tout le contraire du côté de Jog Jotna. Ici, on cherche par tous les moyens à délocaliser la rencontre. C’est d’abord le Centre de formation et de perfectionnement pédagogique Abbé David Boilat sis à Saly carrefour qui est ciblé pour abriter la rencontre. Un accord est trouvé avec la direction mais, au dernier moment, le gestionnaire signifie aux jeunes activistes Nianingois que leur activité ne peut s’y tenir du fait de « multiples pressions venant des plus hautes sphères du régime ».

Finalement, Robert Ndiaye et sa compagnie sont accueillis au quartier 11 novembre à Mbour par le coordinateur local de « Y en a marre ». Kilifeu du mouvement « Y en a marre » cloue au pilori le maire Maguette Sène et interpelle directement le président de la République. Quant à Guy Marius Sagna de Frapp/France dégage, après avoir éconduit la bande à Bacary Diémé de « Mbour Justice », il s’est indigné de cette décision préfectorale interdisant la réunion publique de Jog Jotna à Nianing avant d’asséner que l’heure est maintenant au combat. C’est la même tonalité qui est notée chez Assane Diouf qui a lui aussi tiré à boulets rouges sur le régime.

Guy Marius et compagnie interdits d’entrée à Nianing par les gendarmes
Dopés sans doute par la forte mobilisation et la virulence des discours, Guy Marius Sagna promet à ses hôtes de les accompagner à Nianing une fois la réunion terminée. Chose promise, chose due. A la fin du face à face avec la presse, c’est un cortège impressionnant qui s’ébranle, direction Nianing, sous l’œil vigilant de la police qui s’était déjà déployée dans le quartier, indiquant au cortège la déviation à emprunter pour prendre la route de Joal.

Après 15 minutes de trajet, voilà tout ce beau monde à l’entrée de Nianing où il est accueilli par un dispositif impressionnant de la gendarmerie commandé par le capitaine Kaïré de la compagnie de Mbour. Le dispositif comprend six véhicules d’intervention blindés, une cinquantaine d’hommes de la Légion de la Gendarmerie d’Intervention (Lgi) basée à Mbao déployés pour la circonstance. Tous les véhicules du cortège reçoivent systématiquement l’ordre de faire halte et de stationner à droite de la chaussée.

Démarrent alors des séances interminables de négociations entre gendarmes et manifestants. Plus le temps passe, plus les nerfs se chauffent. Devant l’intransigeance des hommes en bleu, le cortège décide de rebrousser chemin. Au moment de quitter Nianing, l’on apprend qu’un membre de la délégation a été appréhendé par les gendarmes. Tous les véhicules prennent ainsi le chemin du retour sous la pression des gendarmes.

De fil en aiguille, les grenades lacrymogènes s’invitent dans la fête. Quelques tirs sporadiques en direction du cortège, occasionnant des moments de panique et de malaise chez les occupants surtout ceux d’un pick-up. C’est dans cette atmosphère délétère que le cortège de Guy Marius Sagna et compagnie a quitté Nianing, « accompagné » cependant par les hommes en bleu jusqu’à hauteur de Warang, histoire certainement de s’assurer qu’il ne rebrousserait pas chemin.

Les partisans de Maguette Sène dénoncent des « politiciens tapis dans l’ombre»
Dernier acte de cette journée mouvementée, le point de presse du maire de Malicounda, à Mballing. L’homme choisi pour s’adresser à la presse n’est autre que le premier adjoint au maire, Pape Maïssa Faye. Après avoir dénoncé le comportement de Jog Jotna, l’envoyé du maire Maguette Sène s’est dit plus que jamais convaincu que derrière FRAPP, Y’en a marre et Jog Jotna, il y a le Pastef. « Ce qui est ressorti de la manifestation d’aujourd’hui montre clairement que le Pastef est derrière.

La politique est dans ce dossier, nos frères de Jog Jotna ne peuvent plus le nier avec la présence des coordinateurs de Pastef Dakar et Mbour sur le présidium... Nous, nous sommes des légalistes, nous avions prévu une manifestation, mais, quand le préfet a interdit la rencontre, nous avons obtempéré. Et pourquoi, eux, ils défient l’autorité ? Guy Marius Sagna il est qui dans ce pays pour se comporter comme ça ?

À chaque fois qu’on interdit une marche, il défie l’autorité. Nous sommes en phase avec la réaction des forces de l’ordre. Concernant Robert Ndiaye, il croit à tout sauf à son village... Il a été désavoué par les populations. Guy Marius Sagna et Cie ne veulent pas la paix, mais ils nous trouveront ici... Et nous allons nous défendre à tout prix » a prévenu Pape Maïssa Faye...

Le Témoin

AYOBA FAYE

Mercredi 2 Juin 2021 - 11:24


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter