Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Affaire du journaliste Adama Gaye: le ministre de la Justice dit assumer sa "totale responsabilité"



Affaire du journaliste Adama Gaye: le ministre de la Justice dit assumer sa "totale responsabilité"
Le ministre sénégalais de la Justice, Me Malick Sall, a affirmé mardi qu’il assume sa totale responsabilité dans l’affaire du journaliste Adama Gaye, placé en garde à vue lundi pour avoir diffusé des « écrits contraires aux bonnes mœurs ». Mais aussi pour « offense au chef de l'Etat », selon son avocat, Me Khouraïchi Ba. 

 « L’Etat et  la justice ne permettront quiconque, quel que soit son statut  de fouler au pied ses paroles ou par ses activités les fondamentaux de la République ou les institutions. Car les institutions faibles ou banalisées, ouvrent la voie à la déstabilisation », a dit Me Sall, qui rappelle que c’est à lui qu’on a confié le Garde des Sceaux.

« Dans cette affaire dite Adama Gaye, j’assume ma totale responsabilité. En tant que Garde des Sceaux, je ne peux pas voir un individu, par ses écrits, par ses déclarations, passer son temps à insulter celui qui incarne l’institution la plus sérieuse, le président de la République », a-t-il ajouté.

Le ministre informe que la Parquet a été saisi et une information judiciaire est ouverte. « Vous entendrez plus, le garde des Sceaux que je suis, me prononcer sur cette affaire là (….).

Lundi tôt dans la matinée, le journaliste sénégalais Adama Gaye, connu pour ses écrits virulents contre le régime du président de Macky Sall, a été arrêté à son domicile sis à l'Immeuble Kébé au Plateau, dans le centre ville de Dakar. Cette interpellation intervient après une rencontre avec Me Abdoulaye Wade, l'ex-président sénégalais.

Face au procureur ce mardi, Adama Gaye risque l'instruction pour procéder à la mise en examen et à l'information de ce dossier, renseigne sa défense, ce qui suppose « beaucoup plus de temps et certainement une privation de liberté beaucoup plus longue ». 

Salif SAKHANOKHO

Mardi 30 Juillet 2019 - 13:04



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter