PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




Air France-KLM: le PDG annonce sa démission après le rejet de l'accord salarial

Jean-Marc Janaillac, PDG d’Air France-KLM, a annoncé sa démission ce vendredi après avoir dévoilé les résultats de la consultation électronique organisée au sein de la compagnie aérienne. Plus de la moitié des salariés rejettent son offre d’augmentation de salaire. En attendant le nom de son successeur, la balle reste dans le camp des syndicats.



Air France-KLM: le PDG annonce sa démission après le rejet de l'accord salarial
C’est un Jean-Marc Janaillac livide qui entre dans la salle où l’attendaient les journalistes de la presse française et néerlandaise. Le patron d’Air France-KLM ne fait qu’une courte déclaration pour saluer les 80% de participation au référendum interne à la compagnie. Celui qu’il a lui-même provoqué et qui déclenche sa chute.

55% des salariés refusent ses propositions de sortie de crise. Sur un ton toujours très neutre, il explique ce désaveu « au-delà des attentes salariales » par les « insatisfactions, les impatiences, le malaise », qui appellent à une « transformation profonde»
.
La voix de Jean-Marc Janaillac se brise un instant quand il dit espérer que son départ permettra une « prise de conscience collective », d’amorcer « un rebond ». Il revendique des succès lors de ses deux années à la tête de l’entreprise: Transavia, Joon, la croissance de l’offre Air France-KLM, le « renforcement de la présence mondiale », la réduction de la dette du groupe. Air France était « sur le chemin de la réussite ».

«Immense gâchis, immense regret»

Jean-Marc Janaillac regrette que cette dynamique n’ait pas été « comprise et partagée ». Treize journées de grève et plus de deux mois de conflits ont « affaibli » la compagnie aérienne, compromettant son avenir. Le patron déchu parle d’un « immense gâchis » qui ne peut que « réjouir nos concurrents, fragiliser nos alliances, déboussoler nos équipes ».
Air France, selon son bientôt ex-PDG, n’a pas les moyens de perdre plus de temps, de « subir des divisions internes, de faire douter ses clients, ses partenaires, ses actionnaires ». Et de dénoncer un dialogue social « d’un autre temps », autrement dit le jusqu’au-boutisme des syndicats.

Avant de quitter la salle entouré de ses collaborateurs, et sans répondre aux questions des journalistes, Jean Marc Janaillac exprime « un immense regret » : celui qu’Air France n’ait pas été capable de recréer « les conditions de la confiance ». Il présentera sa démission dans quelques jours aux conseils d’administration d’Air France et Air France-KLM. Et laisse à son futur successeur une équation sociale très difficile à résoudre.

Grève maintenue

Le préavis de grève pour lundi 7 et mardi 8 mai est maintenu malgré le retrait de l'accord salarial rejeté par référendum auprès des salariés, ont indiqué plusieurs représentants syndicaux.

rfi.fr

Vendredi 4 Mai 2018 - 21:48



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter