Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Allemagne: Munich débordée par l’afflux de migrants

Près de 20 000 le week-end dernier, 10 000 ce lundi, 30 000 migrants ont rejoint l'Allemagne en trois jours. Ces déplacés arrivent via Munich. Il y a deux jours, sur RFI, le maire de la ville disait que la situation était compliquée, mais pour le moment maîtrisée. Changement de ton, la capitale bavaroise est désormais débordée. Les autorités estiment qu'elles ne peuvent plus accueillir un seul réfugié de plus.



C’est une scène qui est devenue régulière à Munich, ces derniers jours. À chaque arrivée d’un nouveau groupe de réfugiés, à peine descendus du train, ils sont applaudis par des Munichois. Les enfants, eux, ont bien souvent droit à des friandises ou des jouets distribués par les badauds. Des bénévoles les accueillent ensuite, avec boissons et nourriture.

De quoi les rassurer après un voyage long et éprouvant, comme l’explique Arya, une réfugiée syrienne arrivée ce week-end à Munich, au micro de notre correspondante à Munich, Pauline Curtet : « Le voyage était dangereux et très difficile. Les gens dormaient dans la rue ou dans des forêts, il y avait des voleurs. Les gens en Hongrie étaient vraiment mauvais. »

Si Arya a pu débarquer dans la capitale bavaroise, ne sera pas le cas de nombre de ses camarades d'infortune dans les prochains jours. « Effectivement, il n’y a plus un lit de libre à Munich, nous avons atteint la ligne rouge », a déclaré lundi le maire social-démocrate de la ville, Dieter Reite. Les nouveaux arrivants seront donc à l’avenir immédiatement conduits vers d’autres villes ou dans d’autres régions du pays, l’idéal étant même que plus aucun n’arrive à Munich, mais que les trains en provenance du sud soient directement détournés vers Leipzig, qui devrait devenir la nouvelle « plaque tournante » des réfugiés.

A Munich, ce n’est que grâce aux innombrables bénévoles que la situation n’a pas dérapé. Les autorités avaient misé sur 4 000 migrants dimanche. Ils ont finalement été 13 000, obligeant la ville à faire appel aux sacs de couchage et aux tapis de sol des Munichois, précise notre correspondante à Berlin, Nathalie Versieux. Un temps même, Munich a pensé loger des centaines de personnes dans un train de nuit qui aurait été reconverti en hôtel ambulant, faute de logements vacants.

 

De nouveaux demandeurs d'asile

Le Parlement européen débat ce mardi de la répartition de 40 000 réfugiés. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, présente lui ce mercredi un nouveau plan d’accueil avec 120 000 réfugiés supplémentaires. L'Allemagne  ne s’est pas elle-même positionnée sur un nombre de migrants à accueillir. Mais il faut bien voir que tous les dossiers qui sont traités - on parle de 800 000 demandes cette année -, ne vont pas aboutir.

On sait que jusqu’à présent, jusqu’en juillet environ, 50% des demandes provenaient des Balkans : des Sinti ou des Roms de Macédoine, des Albanais du Kosovo. Moins de 1% de ces dossiers débouche sur un permis de séjour et, depuis le début de l’année, l’Allemagne a aussi augmenté le rythme des expulsions puisqu’on sait qu’à peu près 10 000 personnes ont été expulsées vers les Balkans depuis janvier.

Mais depuis l’été, un changement s’est opéré : les demandes viennent maintenant essentiellement de personnes qui disent venir de Syrie, d’Afghanistan, d’Erythrée ou de Somalie, et ces demandes ont bien sûr plus de chance d’aboutir. Les 30 000 personnes qui sont arrivées en trois jours à Munich viennent quasiment toutes de Syrie.

Selon le ministre allemand de l'Economie, Sigmar Gabriel, l’Allemagne est assez stable pour supporter sur le long terme 500 000 réfugiés par an. Et 500 000, c’est le chiffre des arrivées qui, selon les experts, seront à l’avenir nécessaires à l’Allemagne pour maintenir stable sa population alors que les Allemands ont toujours aussi peu d’enfants.


Rfi

Mardi 8 Septembre 2015 - 11:12